0
Dans la foi
Bienheureux Cipriano BARACE - un prodigieux missionnaire navarrais
Bienheureux Cipriano BARACE - un prodigieux missionnaire navarrais

| ND de la Bidassoa 1377 mots

Bienheureux Cipriano BARACE - un prodigieux missionnaire navarrais

Question à Manex : " Avez-vous un lien de parenté avec Cipriano Barace que vous mentionnez dans votre article de la semaine passée ? "

Réponse : 

" Le bienheureux père Cipriano Barace est bien un parent de ma famille. Mes grands parents paternels étaient, comme lui, de la casa Correos, à Isaba. " Manex Barace

 

Le hasard fait que le bienheureux Cipriano Barace est honoré au mois de septembre, le 15, et c'est donc lui qui est choisi pour cette rubrique mensuelle.

L'article qui suit est traduit de l'Espagnol par informatique ; il n'est pas daté. Provient du site :

https://www.sanfermindelosnavarros.org/cipriano-barace-un-misionero-navarro-portentoso-2/

 

" Au cours des premières décennies de ce XXIe siècle, anniversaire du cinquième centenaire de la découverte, de la conquête et de la colonisation de l'Amérique, inauguré en 1992. Il y a moins de deux mois, le 25 septembre, la découverte des mers de le Sud –Pacifique- par Vasco Núñez de Balboa. 

Nombreux sont, aujourd'hui comme hier, les impitoyables détracteurs de l'œuvre de l'Espagne en Amérique. Le "Tree of Hate" ( Arbre de la Haine ) que parlait l'hispaniste américain Philip Wayne Powell, continue à produire ses fruits amers. 

Nous avons affaire ici à un missionnaire navarrais dont la vie étonnante constitue à elle seule une allégation convaincante contre la Légende noire.

Monument au Père Cipriano Barace à Trinidad.jpg
Monument au Père Cipriano Barace à Trinidad.jpg ©
Monument au Père Cipriano Barace à Trinidad.jpg


Monument élevé en Bolivie au martyr navarrais

Cipriano Barace est né à Isaba, dans la vallée du Roncal, en 1641, dans une famille pieuse, dont trois enfants étaient ecclésiastiques. La Navarre a été ainsi jusqu'à des temps pas si lointains : une admirable carrière de religieux. 

Sa première jeunesse se passe dans la ville, consacrée aux activités de cette terre, transportant du bois à travers l'Ezka, dans des radeaux, et du bétail transhumant, des estives de la Vallée aux Bardenas en hiver. Jeunes apprenants ? - (apprentissages de jeunesse dont il tira profit dans ses  entreprises ...= ajouté par NDB) dont vous profiterez dans vos entreprises missionnaires. 

Il sentit l'appel de Dieu et, après des études de philosophie à Valence, payées par un de ses frères, il fut nommé bénéficiaire de la paroisse d'Isaba. Son regard pointait pourtant vers des horizons lointains, inspirés par l'exemple de saint François Xavier, dont il était un fervent admirateur. Francisco Javier jouissait alors d'une renommée universelle, mais peut-être faut-il noter qu'entre Isaba et Javier il y a moins de 50 kms. 


Après s'être enrôlé dans la Compagnie de Jésus, ses supérieurs l'envoyèrent dans la province jésuite du Pérou. Il n'est jamais retourné dans sa patrie, comme le faisaient les missionnaires à l'époque. Après avoir reçu les ordres à Lima, il est envoyé dans la région de Mojos, au cœur du bassin amazonien bolivien, vaste région au climat tropical, alors inexplorée, insalubre et en proie à des inondations incessantes. Puis commence son étape de missionnaire prodigieux. 

En juillet 1675, il quitte la ville de Santa Cruz de la Sierra en pirogue, avec son supérieur, le père Marbán, et un autre compagnon, en suivant la rivière Grande ou Guapay, en aval jusqu'à la rivière Mamoré, qui draine du sud au nord les plaines de Moxos. Ils y découvrirent un territoire immense, habité par une population dispersée, très pauvre et socialement chaotique car impliquée dans des luttes tribales constantes. 

Barace a intensément exploré ces endroits difficiles, en suivant le cours des affluents du fleuve Madère, un affluent de l'Amazone. Il fait la connaissance de ses habitants et envisage comment les gagner au Christ. Il apprit leur langue, tandis que le Père Marbán composait la première grammaire de la langue moja. Après une première étape de tentatives infructueuses, le père Barace contracta des fièvres qui l'obligèrent à retourner à Santa Cruz pour se rétablir.

Au cours de ces mois, cependant, il ne perdit pas de temps et se familiarisa avec l'art du tissage et des métiers à tisser, qu'il introduisit plus tard parmi les indigènes. 

À son retour dans les plaines, il avait un plan d'action solide. En mars 1682, après huit années d'efforts épuisants, le père Barace fonda son premier centre missionnaire, sous le nom de Notre-Dame de Lorette. 

Il a su gagner les habitants de la région, qui sont baptisés, et, au bout de cinq ans, la mission comptait deux mille habitants, un grand nombre en ces lieux. La difficulté de maintenir une population nombreuse dans un environnement aussi inhospitalier est vite devenue évidente. Il envisage alors de réaliser un ambitieux projet de collecte de fonds, pour lequel il demande l'autorisation de ses supérieurs. 

L'épisode principal de cette entreprise, qui constitue le plus célèbre de ses exploits, consista à conduire un troupeau de 200 têtes de bétail à Loreto, que le missionnaire réussit à rassembler grâce à l'aide de propriétaires terriens de la lointaine région de Santa Cruz de la Sierra. 

A la tête de ce troupeau, le Père Barace a parcouru les 400 kms. qui les séparainet de la mission de Loreto. Il l'a fait par voie terrestre, utilisant l'expérience de « maire et cow-boy » qu'il avait acquise dans son pays natal de Roncal. 

Il lui a fallu 54 jours pour parcourir ce voyage au cours duquel il a dû « drainer des rivières, traverser des marécages, percer la jungle, rallier du bétail qui voulait faire demi-tour et se battre avec les Indiens qui l'ont abandonné ». 

Finalement, épuisé et presque seul, il arriva à Loreto avec 84 têtes de bétail qui, au fil du temps, se sont multipliés de telle sorte qu'actuellement le département de Beni possède un troupeau de deux millions de têtes de ce premier envoi. On dit que le ravin qu'il a dessiné pour cette raison est encore connu aujourd'hui sous le nom de route de Barace. 

De tels efforts n'ont pas épuisé sa vocation missionnaire, inextinguible. Lorsque la mission jésuite de Loreto s'est installée, le père Barace s'est lancé dans de nouvelles entreprises, se dirigeant vers le nord au-delà de la rivière Marmoré, dans le secteur nord de l'actuel département de Beni. Elle fut bien accueillie par ses habitants, qu'il dut cependant apaiser, en homme de bien dans une population toujours dispersée, de peuples séparés par une inimitié endémique. 

Là aussi, il a réussi à organiser une ville qu'il a appelée Santísima Trinidad, qui est actuellement la capitale du département de Bení. 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Trinidad_(Bolivie)

La ville est fondée sous le nom de La Santísima Trinidad en 1686 comme établissement des Missions jésuites sur le Río Mamoré, en Amazonie bolivienne

Trinidad Bolivia.jpg
Trinidad Bolivia.jpg ©
Trinidad Bolivia.jpg

 

Il prêchait non seulement parmi les Moxos, mais aussi parmi les tribus des Tapacuaras, des Cirionenos et des Guarayanos ou Moremonos. Parmi les habitants de ces premières missions jésuites en Bolivie amazonienne, le père Barace a fait des agriculteurs, des éleveurs, des tisserands, charpentiers et forgerons. 

Ses biographes disent qu'il leur a appris à jouer de la vihuela, dont il avait appris le maniement dans sa jeunesse ; et, de même, qu'il a composé pour eux des chants religieux en langue moja. Il insista d'une manière particulière, selon ses biographes, sur la récitation du chapelet et sur la pratique fréquente des sacrements. Grâce à ce missionnaire exemplaire, les Mojo ont acquis la réputation d'être les chrétiens les plus fervents de l'est de la Bolivie. 

Une autre entreprise merveilleuse dans laquelle il était le protagoniste, (dans laquelle il était considéré comme disparu = en la que se le dio por desaparecido (texte original)), fut la récupération, entre montagnes et jungles, d'une ancienne route inca qui raccourcissait considérablement la route entre Beni et la ville de Lima; une route dans laquelle il a utilisé le système de radeau pour voyager à travers de puissantes rivières. dont il avait appris le maniement dans sa jeunesse

Une figure comme la sienne, avec une telle vigueur, une vocation et une diversité de compétences, est difficile à concevoir à notre époque. 

Le père Barace incarne la lignée des hommes qui ont fait de l'Amérique hispanique la province la plus étendue de la chrétienté. 

Si sa mémoire est ignorée, l'œuvre espagnole, mutilée dans le Nouveau Monde, est inintelligible. 

A 63 ans, accompagné de seulement quatre Indiens, il entre au pays des Baures et des Tapacures, aux confins du lointain Chaco. Ils l'ont bien accueilli, si bien, mais ils ont été entraînés dans les luttes tribales éternelles ; 

 

La muerte del padre Barace, pintura indigena.jpg
La muerte del padre Barace, pintura indigena.jpg ©
La muerte del padre Barace, pintura indigena.jpg

 

Un jour de septembre 1702, notre missionnaire rencontra un groupe d'Indiens armés qui le tuèrent à coups de flèches et à coups de matraque. 

Le père Barace est actuellement en cours de béatification.

 

Pierre tombale dédiée au Père Barace

https://www.sanfermindelosnavarros.org/cipriano-barace-un-misionero-navarro-portentoso-2/

Plaque.jpg
Plaque.jpg ©
Plaque.jpg
Padre Cipriano Barace, fundador de Trinidad.jpg
Padre Cipriano Barace, fundador de Trinidad.jpg ©
Padre Cipriano Barace, fundador de Trinidad.jpg

 

Autres saintes et saints honorés en septembre, déjà sur notre site :

Sainte Hildegarde de Bingen, abbesse du XIIe siècle, étonnamment moderne !
Voir l'article
Fêtée le 19 septembre, sainte Émilie de Rodat, fondatrice de la congrégation de la Sainte Famille
Voir l'article
Fêté le 20 septembre, José Maria de Yermo y Parres
Voir l'article
Fêté le 25 septembre : Saint Hermann de Reichenau – moine, éminent savant, musicien… On lui devrait le « Salve Regina »
Voir l'article
Ce 30 septembre 2018 – Béatification de l'abbé Jean-Baptiste Fouque - Le « Saint Vincent de Paul marseillais »
Voir l'article

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription