0
Dans la foi
Bienheureuse Petra de San José de la Montaña - Fondatrice de "las Madres de desemparados"
Bienheureuse Petra de San José de la Montaña - Fondatrice de "las Madres de desemparados"

| ND de la Bidassoa 1313 mots

Bienheureuse Petra de San José de la Montaña - Fondatrice de "las Madres de desemparados"

" le slogan de sa vie : Seigneur, Toi par dessus tout "

Article du site https://www.madresdedesamparados.org/vida-y-obra/ traduit de l'espagnol par informatique

 

Vie et travail

Synthèse biographique

La bienheureuse Petra de San José est née le 6 décembre 1845 dans la vallée d'Abdalajís (Málaga). Au baptême, elle a reçu le nom d'Ana Josefa. Elle était la plus jeune de cinq frères et sœurs. Ses parents, José Pérez Reina et María Florido González, l'ont élevée dans un environnement familial véritablement chrétien. 

A travers ses écrits, les témoignages de ceux qui l'ont connue et le travail qu'elle nous a laissé, il est conclu qu'elle avait une personnalité forte et magnétique : intelligente, vive d'esprit, sûre d'elle, tenace, affective et émotive mais équilibrée, très sensible à la douleur des autres, heureuse, simple, d'une sympathie débordante, avec un projet de vie clair et cohérent... Des qualités qui, plus tard, seront dynamisées et transformées par l'Esprit de Dieu, auquel elle est toujours restée ouverte.

 

A l'adolescence, comme toute jeune femme de son âge, Ana Josefa est tombée amoureuse d'un beau jeune homme de la ville, José Mir, qu'elle aimait beaucoup et avec qui elle a rompu, lorsque le Christ, d'une manière tout à fait unique, a traversé sa vie. Dès lors, elle n'eut d'autre désir que de se consacrer totalement à Lui.


Avec la fermeté et la ténacité qui l'ont toujours caractérisée, voyant que le chemin de la vie religieuse était pour le moment interdit, en raison de l'opposition de son père, elle a décidé de vivre son dévouement au Seigneur dans sa propre ville, se consacrant à la prière et à l'attention les plus nécessiteux, en particulier les personnes âgées abandonnées. 

Son dévouement au Seigneur et son esprit de service ont été partagés, d'abord, avec une jeune femme très pieuse et charitable, Josefita Muñoz Castillo, et, plus tard, avec Frasquita et Isabel Bravo Muñoz et avec Rafaela Conejo Muñoz. Avec elles, elle étendit son action caritative à la ville voisine d'Álora.

Après la mort de son père en 1877, la voie vers la vie religieuse était libre. Une phrase d'elle, de cette époque, condense très bien ce qui fut, à jamais, le slogan de sa vie :  

Seigneur, Toi par dessus tout.

Sur les conseils de son confesseur, elle entre dans la congrégation naissante des Mercedarias de la Caridad en 1878. Quelques mois plus tard, convaincue que le Seigneur ne veut pas d'elle, elle quitte les Mercedarias. 

Guidée par sa confiance dans le Seigneur et par son sens profond de fidélité à l'Église, elle présente sa situation à l'évêque de Malaga, D. Manuel Gómez Salazar, qui, avec une parole prophétique, met fin à son incertitude et signale un chemin qu'elle, dans son humilité et sa simplicité, ne s'était jamais considérée capable de suivre : Fondatrice d'une nouvelle Famille religieuse dans l'Église, les Mères des Abandonnés  " madres de desamparados "


Les compagnes de la Vallée qui l'avaient suivie lorsqu'elle était entrée dans la Congrégation des Mercedarias —Frasquita, Isabel et Rafaela— la suivent, aussi maintenant qu' elle l'a quittée car elles comprennent, comme elle, que le Seigneur ne les appelle pas ainsi. 

Les trois, comme Mère Petra, seront des Mères des sans-abri, feront partie de la Communauté de fondation d'origine et porteront respectivement les noms de Mère Magdalena de San José, Mère Natividad de San José et Mère Trinidad de San José.

Mère Petra commence son itinéraire de Mère des Abandonnés avec l'émission de ses vœux temporaires, dans l'église de San Juan Bautista de Vélez-Málaga, le 2 février 1881. 

Sa consécration définitive au Seigneur a eu lieu dans la Casa de Ronda ( Málaga ), dans le cadre incomparable de sa belle église, le 15 octobre 1892. Une offrande de prière, composée par elle-même, en ce jour, révèle la vérité et la radicalité de sa dédicace :  

Seigneur, disposez de moi, à toute votre volonté , toute votre liberté... 

et en tant que propriétaire absolu et légitime de tout mon être, 

rendez tout ce que je fais acceptable à vos yeux les plus purs ;

 sinon je ne veux pas vivre.

 
Le cheminement vocationnel de Mère Petra n'était pas exactement un lit de roses. Elle a voulu suivre le Christ avec la plus grande fidélité, c'est pourquoi la Croix du Seigneur lui a été rendue présente de plusieurs manières. 

Il est effrayant de contempler les nombreuses difficultés, persécutions, calomnies, solitude et, enfin, maladie, qui ont marqué sa vie, depuis le début. 

Il est également surprenant de voir son attitude de confiance illimitée dans le Seigneur, au milieu de l'adversité, ainsi que l'exquise charité et l'élégance d'esprit avec lesquelles elle a toujours répondu à ceux qui la calomniaient et la faisaient souffrir.


La vie de Mère Petra se caractérise aussi par la constitution d'un équilibre prodigieux entre la contemplation et l'action apostolique. 

Son amour passionné pour le Christ l'amène à le chercher, à la fois dans la solitude et le silence et sur le visage des enfants, des personnes âgées et sans défense.

 

Épuisée par son dévouement sans bornes, par les persécutions qu'elle a subies et par une grave maladie, elle est décédée à l'âge de 60 ans, alors qu'on pouvait encore beaucoup attendre d'elle. Cela s'est passé à Barcelone, le 16 août 1906.

SJosepMuntanya-tombaBeataJosefa.jpg
SJosepMuntanya-tombaBeataJosefa.jpg ©
SJosepMuntanya-tombaBeataJosefa.jpg

La réputation de sainteté de Mère Petra et les nombreuses faveurs attribuées à son intercession, ont conduit à l'ouverture du Procès diocésain de béatification et de canonisation à Barcelone en 1932. 

Le 14 juin 1971, le pape Paul VI approuva ses vertus héroïques et la déclara vénérable. Et récemment, le 16 octobre 1994, elle a été béatifiée à Rome par Sa Sainteté Jean-Paul II.

REAL_SANTUARIO_DE_SAN_JOSE_DE_LA_MONTAÑA-BARCELONA-ESPAÑA.jpg
REAL_SANTUARIO_DE_SAN_JOSE_DE_LA_MONTAÑA-BARCELONA-ESPAÑA.jpg ©
REAL_SANTUARIO_DE_SAN_JOSE_DE_LA_MONTAÑA-BARCELONA-ESPAÑA.jpg

Photo sanctuaire : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:02-REAL_SANTUARIO_DE_SAN_JOSE_DE_LA_MONTA%C3%91A-BARCELONA-ESPA%C3%91A.JPG - auteur MJGDoblado

 

Du site : https://www.madresdedesamparados.org/historia-santuario/

Le terrain où se trouve le Sanctuaire était à la fin du XIXe siècle une montagne nue, c'est ainsi que les Barcelonais l'appelaient à l'époque, c'est aujourd'hui le Sanctuaire Royal de San José de la Montaña.

L'ancienne Tour Masferrer située à Vila de Gràcia était un don de Mlle Carme Masferrer à la Congrégation des Mères des Abandonnés de Mère Petra. Le bâtiment actuel du Sanctuaire a été commandé à l'architecte Francisco Berenger y Mestre, collaborateur de Gaudí. Le projet a été signé par l'architecte municipal Miquel Pasqual Tintorer puisque Berenguer n'en possédait pas le titre officiel. Le chef de projet était un membre de la famille Barba, probablement Josep Barba, c'était à l'époque l'entrepreneur le plus prestigieux de Barcelone.

Le terrain possède l'une des Masias les mieux conservées de Barcelone. Can Tusquets (1) est un joyau architectural situé dans l'actuelle Travessera de Dalt. C'est une maison de campagne de 1793 avec de beaux sgraffites sur la façade, récemment restaurée. La façade d'un azur intense présente un cadran solaire unique. La ferme a une maison attenante de catégorie inférieure et une piscine actuellement utilisée comme piscine pour les garçons et les filles abrités au centre. La ferme a été vendue par Juan Tusquets Marcet à la Congrégation le 30 octobre 1920.

 

La ferme d'origine, située dans la rue des mines d'alors, avait une superficie de 320 000 travées de terrain. L'argent pour la construction du refuge pour orphelins est venu de dons de la population de Barcelone. A cette époque, la personnalité de Mère Petra, supérieure de la congrégation, attirait l'attention sur le travail social qu'elles développaient, elles accueillaient des orphelines et elles étaient déjà connues à  Barcelone  d'une manière que lorsque l'Excn. Le conseil municipal de Gracia a approuvé les plans fait le don de l'exemption du paiement des droits municipaux.

Au début de la construction, une riche carrière a été trouvée qui a fourni la pierre qui serait utilisée. L'investissement de 25 dollars de l'époque à chercher de l'eau, contrairement à l'opinion générale, a fait apparaître un puits d'eau potable. 

 

(1) Voir le site :  https://ca.wikipedia.org/wiki/Can_Tusquets - Cliquer sur " traduire en français "

01_Can_Tusquets,_Travessera_de_Dalt.jpg
01_Can_Tusquets,_Travessera_de_Dalt.jpg ©
01_Can_Tusquets,_Travessera_de_Dalt.jpg

Les Sœurs de Sant Josep de la Muntanya l'utilisent actuellement, et c'est une continuation de l'orphelinat pour orphelins, entouré de jardins et d'un terrain de sport.

 

Saintes et saints du mois d'août déjà sur notre site :

Fêté le 2 août - Saint Pierre-Julien Eymard - Prêtre et fondateur de la « Congrégation du très Saint-Sacrement »
Voir l'article
Fêtée le 8 août : Sainte Mary MacKillop, enseignante des pauvres. Première sainte australienne
Voir l'article
25 août : Saint Joseph Calasanz, fondateur de l'Ordre des Pauvres Clercs réguliers des Écoles *Pies de la Mère de Dieu.
Voir l'article
27 Aout, fête de Sainte Monique : force de la persévérence dans la prière
Voir l'article
30 août – Fête de Sainte Jeanne Jugan, Fondatrice des Petites Sœurs des Pauvres
Voir l'article

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription