1
Infos paroissiales
Nous étions en concert... et de concert !
Nous étions en concert... et de concert !

| Jean-Marc Lavigne 678 mots

Nous étions en concert... et de concert !

Ils sont à Hendaye depuis trois semaines

 

Igor et Galina résident déjà chez nous depuis quelques années, et quand la guerre a éclaté entre la Russie et l’Ukraine, ils ont accueilli leurs enfants et petits-enfants.

Il s’agit de Vladimir et Maria les parents de Maria-Diana et Anghelina ; de Liubovi et ses enfants Vitalic et Victoria. (voir photo – et à la droite de notre curé, Diego, trompettiste – voir plus bas)

 

Nous avons fait leur connaissance le jour de la Consécration de la Russie et de l’Ukraine au cœur Immaculé de Marie par le pape François. Il n’y a pas de hasard.

Eux sont orthodoxes.

Par le « truchement » de diverses connaissances, une famille a organisé une soirée conviviale à son domicile. Ils sont enseignants et ont une fille de 10 ans. Etaient donc présents une voisine du presbytère qui parle le russe, une maman d’enfants catéchisés qui parle le polonais, une famille au grand complet (le couple et leurs trois enfants) dont la maman est Slovaque.

Notre curé avait aussi invité le prêtre orthodoxe de San Sebastian qu’il connaît bien, Marian. Celui-ci est roumain.

Enfin, étaient aussi parmi nous le couple qui a mis leur domicile à disposition de nos amis ukrainiens.

En effet, ils sont hébergés par ce couple qui ne vit plus sur Hendaye et qui a mis sa maison en vente ; en attendant un futur acquéreur, il a proposé d’héberger cette famille. Il connaissait déjà Igor et Gélina et c’est ainsi qu’il a proposé ce beau geste de solidarité et d’accueil.

 

Les quatre enfants sont scolarisés au collège Saint-Vincent. Ils y ont été très bien accueillis. Mais le barrage de la langue reste à franchir… tout doucement, ils communiquent et s’intègrent parmi leurs camarades de classe.

Leurs parents sont aussi accompagnés dans leur apprentissage de notre langue (pas encore le basque), la connaissance de la ville, et les diverses formalités à effectuer,

 

Dimanche dernier à 17 h 00, un concert a été proposé à l’église Saint-Vincent d’Hendaye par voie de presse et de média paroissiaux. L’idée a jailli dans le cœur et l’esprit de notre organiste liturgique Philippe qui s’est entouré de jeunes musiciens (deux autres organistes, un trompettiste, une violoniste et une chanteuse) tous âgés de moins de 25 ans. Merci à ces jeunes qui ont bien joué, et joué le jeu du partage et de l’offrande de leurs talents : Ximun, Nolan, Diego, Myriam et Grace.

A mi-concert des paniers sont passés dans l’assemblée bien fournie et une coquette somme collectée a été remise à la famille.

 

Après les remerciements échangés ; notre curé (par interprète interposé) a conduit la famille ukrainienne devant l’autel de la Vierge Marie, donnant à chacun une bougie et entonnant deux chants basques mariaux.

 

Le signe de croix qui a conclu la prière a été fait par chacun selon sa tradition.

 

Le tout s’est terminé par des échanges informels, des photos prises, des propositions d’aides diverses, de beaux regards partagés.

 

Et chacun avait en tête la guerre qui sévit toujours là-bas ; et le souhait ardent de voir revenir la paix.

 

Notre Dame de la consolation de Kiev, priez pour nous.

Vierge Marie de Kazan, priez pour nous.

Notre Dame de Fatima, priez pour nous.

 

=====

 

D’autres ukrainiens exilés ont été accueillis à Hendaye.

La paroisse reste proche des besoins, tout comme beaucoup d’autres institutions ou associations de la ville. Cette dernière s’achemine vers la création d’une association pouvant rassembler les familles nouvellement arrivées, les écouter, les aider. Elle en avait fait l’expérience, il y a 6 ans, pour l’accueil de deux familles syriennes aujourd’hui bien intégrées chez nous. L’association d’alors, « Esku zabal » était constituée, entre autres, de plusieurs paroissiens.

 

=====

 

Demeure toujours la réalité des nombreux migrants africains qui souhaitent passer en France par Hendaye fuyant eux aussi la guerre. La solidarité avec eux continue à s’exercer avec efficacité et discrétion…

Un jeune sénégalais de 24 ans s’est noyé le mois dernier en voulant traverser le fleuve Bidassoa à la nage. 7 autres migrants sont morts en 2021.

solidarité.jpg
solidarité.jpg ©
solidarité.jpg

Répondre à () :

| | Connexion | Inscription