0
La Paroisse
Homélie du dimanche 29 décembre 2019 - fête de la Sainte Famille © Fuite en Egypte

| Jean-Marc lavigne

Homélie du dimanche 29 décembre 2019 - fête de la Sainte Famille

"Fêter aujourd’hui la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph, c’est d’abord regarder nos familles avec joie et reconnaissance voire émerveillement ... "

en Egypte.jpg
© La sainte Famille en Egypte

SAINTE FAMILLE

           Fêter aujourd’hui la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph, c’est d’abord regarder nos familles avec joie et reconnaissance voire émerveillement car nous y sommes attachés au plus haut point, nos familles portent en elles le secret de la vie, le sacré de la vie.

Fêter aujourd’hui la Sainte Famille, c’est aussi reconnaître les faiblesses de nos familles, leurs fragilités, leurs échecs, leurs abus. Il n’y a pas plus grande blessure que celle subi en famille, entre membres de la famille, soit depuis la tendre enfance, soit dans la jeunesse, soit dans les divisions et jalousies de la vie d’adulte. 

La Sainte famille dont l’épisode de vie nous est rapporté dans l’Evangile selon saint Matthieu, doit fuir la menace de son temps (la brutalité du roi Hérode qui veut tuer Jésus par soif du pouvoir) ; et Joseph est le protecteur, le sauveteur de l’Enfant Dieu et de sa mère. 

Grâce à ce père adoptif attentif, sage et responsable, la Sainte Famille va fuir ce qui aurait pu menacer sa communion d’amour et de paix ; mais aussi ce qui aurait pu faire échouer le projet de Dieu qui est de sauver l’humanité en son Fils Jésus ; ce qui aurait pu également nous priver de la tendresse et de l’intercession de la Vierge Marie qui aurait été oubliée parce que pauvre mère ayant perdu son tout petit et un point c’est tout.

Non, la Sainte Famille n’a pas péri, elle a bien été épargnée. Nous lui confions nos familles, pour qu’elles sachent fuir les menaces de divisions et rechercher la paix.

           Car cet Enfant que Joseph sauve de la mort est lui-même le Sauveur de toutes nos détresses. Jésus est le Sauveur des couples et des familles. Il ouvre un chemin de vie et de résurrection là où l’on ne peut plus avancer. La famille chrétienne est une famille sauvée où Jésus s’est engagé comme Rédempteur. Jésus apporte un baume de consolation, un surcroît d’espérance, un amour neuf, purifié au creuset de sa croix. 

           Et en revenant d’Égypte, la Sainte Famille entraîne avec elle toutes les familles pour sortir de l’exil et s’ancrer sur le Christ, le roc de fondation, le témoin fidèle et vrai de l’amour don. 

           Pour certains, la famille actuelle est ruinée parce que l’idéal traditionnel de la « famille chrétienne » est disparu. 

Pour d’autres, tout ce qui est nouveau constitue un progrès vers une nouvelle société. 

Ni les uns ni les autres n’ont une position équilibrée et réaliste… mais avouons qu’en matière de famille la fragilité côtoient de très près la solidité.

            La famille a besoin d’être guérie, de retrouver ce qui la fonde non pas dans des lois humaines mais en Dieu. Bien que la famille soit comme une œuvre d’art, elle n’est pas entre nos mains. C’est Dieu l’artiste et non pas nous. Nous n’avons pas à faire de la famille ce que nous voulons mais à l’accueillir comme un don de Dieu.



Mais comment définir une famille ouverte à ce don de Dieu, au projet d’humanisation de Dieu ? Quelles en sont les caractéristiques que nous pourrions mettre en relief ?


1. La première chose c’estl’amour entre époux.

Le foyer est vivant lorsque les parents savent comment s’aimer, se soutenir mutuellement, partager les peines et les joies, se pardonner, dialoguer et se faire confiance l’un à l’autre. La famille commence à se déshumaniser quand l’égoïsme, les disputes et les malentendus deviennent plus grands.


2. Relation parents-enfants.

L’amour entre mari et femme ne suffit pas. Quand parents et enfants vivent dans la confrontation et communiquent peu, la vie de famille devient impossible, la joie disparaît, tout le monde en souffre. La famille a besoin d’un climat de confiance mutuelle pour assurer le bien de tous.


3. Attention aux plus fragiles.

Chacun doit trouver dans son foyer, accueil, soutien et compréhension. Mais la famille devient plus humaine, surtout quand elle prend soin des petits avec amour et affection, quand elle aime les personnes âgées avec respect et patience, quand elle prend soin des malades ou des handicapés avec sollicitude, quand elle n’abandonne pas ceux qui traversent des moments difficiles.


4. Ouverture aux nécessiteux.

Une famille travaille pour un monde plus humain, quand elle n’est pas enfermée dans ses problèmes et ses intérêts, mais lorsqu’elle est ouverte aux besoins d’autres familles : des foyers brisés qui vivent dans des situations conflictuelles et douloureuses et qui ont besoin de soutien et de compréhension ; des familles sans travail ou sans revenu, qui ont besoin d’aide matérielle ; des familles migrantes qui demandent accueil et amitié.


5. Croissance de la foi. C’est dans la famille que l’on apprend à vivre les choses les plus importantes. C’est pourquoi elle est le meilleur endroit pour apprendre à croire en ce Dieu bon, Père de tous ; pour connaître le style de vie de Jésus ; pour découvrir sa Bonne Nouvelle ; pour prier ensemble autour de la table ; pour participer à la vie de la communauté des disciples de Jésus. 

           Ces familles chrétiennes sont une bénédiction pour la société.

Oui, pour la société… parce que selon Jésus, Dieu a un grand projet : construire une grande famille humaine dans le monde. Au service de ce projet, Jésus se consacre entièrement à faire en sorte que tous ressentent Dieu comme Père et que tous apprennent à vivre comme frères et sœurs. C’est le chemin qui mène au salut de l’humanité. 

                                                                       Amen

Retour d'Egypte.jpg
© Retour d'Egypte

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| Connexion | Inscription