0
Dans la foi
Bienheureuse Maria Fortunata VITI, humble soeur bénédictine
Bienheureuse Maria Fortunata VITI, humble soeur bénédictine

| ND de la Bidassoa

Bienheureuse Maria Fortunata VITI, humble soeur bénédictine

"... quelqu'un dirait d'une vie si humble, cachée, insignifiante, qu'il est presque difficile d'en parler. "...

https://www.tripadvisor.fr/Attraction_Review-g1486827-d2175871-Reviews-Abbazia_di_Casamari-Veroli_Province_of_Frosinone_Lazio.html#photos;aggregationId=101&albumid=101&filter=7&ff=461329500

(article traduit de l'italien par internet)

Anna Felice Viti est née à Veroli (Frosinone) en 1827, fille d'un propriétaire terrien voué au vin et aux jeux. Elle a perdu sa mère à 14 ans. Et elle a assumé de nombreuses responsabilités en prenant soin des huit frères et sœurs. Elle a également servi de femme de chambre pour les garder. 

À l'âge de 24 ans, elle entre chez les bénédictines de Santa Maria de Franconi à Veroli, connues sous le nom de «bonnes nonnes». Et elle a changé son nom pour Maria Fortunata. 

 

Maria Fortunata Viti.png
Maria Fortunata Viti.png ©
Maria Fortunata Viti.png

Sa journée a été marquée non seulement par la prière mais aussi par les tâches les plus modestes: filer et coudre. Elle a vécu plus de 70 ans dans l'anonymat de sa cellule. 

À sa mort en 1922, à l'âge de 95 ans, elle a été enterrée dans la fosse commune. Mais son nom est resté et le Pape Paul VI l'a proclamée bienheureuse. 

Martyrologie romaine : à Veroli dans le Latium, la bienheureuse Maria Fortunata (Anna Felice) Viti, de l'Ordre de Saint-Benoît, qui pendant presque tout le cours de sa vie a occupé le poste de vestiaire, avec l'intention uniquement d'observer les préceptes de tout son cœur de la règle.

Il n'y a rien d'exceptionnel dans cette vie, à part une longévité extraordinaire : presque 96 ans, mais quelqu'un dirait d'une vie si humble, cachée, insignifiante, qu'il est presque difficile d'en parler. 

Les lieux ne sont pas des plus heureux : le père est un riche propriétaire terrien de Veroli qui ruine sa santé et son portefeuille grâce à sa passion pour le jeu et sa tendance à se consoler avec trop de verres de vin. 

Sa mère meurt d'un cœur brisé à 36 ans après avoir donné naissance à neuf enfants et elle, à 14 ans, se retrouve mère précoce des huit autres. Elle a tellement à faire qu'elle ne peut penser à elle-même, ni même à son avenir. 

Sa principale occupation est de s'assurer que tout le monde dans la maison respecte ce père en colère, alcoolique et sans ressources, comme elle est capable de le faire, Elle lui baise la main chaque soir et demande sa bénédiction, en avalant des larmes et des humiliations. Que penser que son nom de baptême était Anna Felice et qu'en prenant l'habit on lui donna le nom de Fortunata !...

À l'âge de 24 ans, en effet, elle décide d'entrer dans le couvent des «bonnes nonnes», c'est-à-dire les bénédictins de sa ville. Elle conserve la ferme résolution, formulée ce jour-là, de "devenir une sainte": elle ne sait pas que pour atteindre l'objectif elle devra vivre plus de 70 ans, "enterrée vivante" dans l'anonymat de sa cellule, avec des jours tous pareils, rythmés par des actions répétitives que certains pourraient même qualifier de monotones : filer et coudre, laver et raccommoder. Et prier, même si cela ne doit pas être un problème pour elle, absorbée comme elle le semble toujours dans la contemplation de son Dieu ... 

Ce n'est qu'après coup qu'il sera possible de découvrir combien de sécheresse spirituelle se cachait derrière sa ferveur; combien de tourments et de batailles intimes étaient couvertes par son apparente sérénité imperturbable. 

Elle ne sait ni lire ni écrire à cause de ses événements familiaux bien connus et ne peut donc pas être admise parmi les «choristes», c'est-à-dire les religieuses qui se consacrent aux fonctions liturgiques. P

our elle seul le travail, avec la journée commençant à trois heures et demie du matin et se poursuivant dans des actions fatigantes et humbles, ce qu'elle fait si bien qu'elle devient un chef-d'œuvre, les assaisonnant de tant de prières même au milieu de l'aridité spirituelle la plus complète. 

Usée de travail et rongée par les années, tourmentée par des rhumatismes qui la forcent ces dernières années au lit, incapable du moindre mouvement, elle meurt aveugle, sourde et rétrécie, après 72 ans d'isolement, en 1922. 

 

Personne ne semble la remarquer et ainsi ils l'enterrent rapidement, le lendemain, dans la fosse commune. 

Mais ils l'ont retirée 13 ans plus tard, par acclamation populaire, et l'ont enterrée dans l'église, tant sont les miracles qui se produisent sur sa tombe. 

Et ce n'est pas assez : Paul VI, en 1967, proclame bienheureuse sœur Maria Fortunata Viti, la religieuse qui, travaillant et souriante, était devenue une sainte dans la monotonie de la vie quotidienne, dans l'enceinte d'un couvent et avec beaucoup de maux, et que l'on peut depuis fêter le 20 novembre.

Auteur : Gianpiero Pettiti 

Veroli_panorama.jpg
Veroli_panorama.jpg ©
Veroli_panorama.jpg

Autres saintes et saints fêtés en novembre et déjà sur ce site 

Saint Vincenzo Grossi - Fêté Le 7 Novembre
Voir l'article
BIRIATOU fête son patron, Saint MARTIN de TOURS, du 4 au 12 novembre
Voir l'article
Pour Sainte Cécile, la plus grande cathédrale de briques au monde ainsi que le plus grand orgue classique de France
Voir l'article
23 novembre : Saint Colomban, issu de l'héroïque lignée des grands saints qui ont contribué à « faire » l'Europe ; fondateur de l'abbaye de Luxeuil
Voir l'article
Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, fêtée le 27 novembre
Voir l'article

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription