0
Dans la foi
11 janvier - Vénérable Sœur Maria Conseil du Saint-Esprit ( Sœur Maria Consiglio dello Spirito Santo)
11 janvier - Vénérable Sœur Maria Conseil du Saint-Esprit ( Sœur Maria Consiglio dello Spirito Santo)

| ND de la Bidassoa 1579 mots

11 janvier - Vénérable Sœur Maria Conseil du Saint-Esprit ( Sœur Maria Consiglio dello Spirito Santo)

Fondatrice des Sœurs Servantes de Maria Addolorata di Nocera, particulièrement dévouées aux orphelins

Article pris sur  https://www.diocesinocerasarno.it/2016/diocesi/santita-diocesana/venerabili/suor-maria-consiglia/

Traduit de l'italien par informatique avec ce que cela suppose d'erreurs !

Vénérable soeur Maria Consiglia.jpg
Vénérable soeur Maria Consiglia.jpg ©
Vénérable soeur Maria Consiglia.jpg

La grande dévotion à la Sainte Vierge dans le diocèse de Nocera s'est enrichie de la présence et du charisme de Sœur Maria Consigli du Saint-Esprit, née Emilia Pasqualina Addatis.

L'œuvre de Sœur Maria Recommend a été inspirée par la sainteté de la Bienheureuse Vierge Marie et son don spécial avec le Christ crucifié ; regardant la douleur de la Mère de Dieu au pied de la Croix, elle a reconnu la douleur des petits de son temps.

Emilia Pasqualina est née le 5 janvier 1845 à Naples, via Anticaglia, une petite rue à quelques mètres de la cathédrale, où elle a été baptisée quelques heures après sa naissance.

De son Journal, nous savons que ses parents, Paolo Addatis et Maria Luisa Burdò, étaient de bons chrétiens, avec un principe fondamental dans leur vie : la charité ! 

Le père, pharmacien, a toujours été disponible pour aider toute personne pauvre et malade. Son extrême charité envers les patients atteints de choléra a causé l'infection qui a conduit à sa mort à seulement 34 ans. 

Après environ un an, sa mère est également décédée de la même maladie et Emilia est devenue orpheline et seule à l'âge de quatre ans.


Les familles paternelle et maternelle d'Emilia Pasqualina ont promis à la mère mourante qu'elles prendraient soin de l'enfant mais se sont occupées d'elle à contrecœur. Une errance continuelle d'une maison à l'autre commença pour la petite fille, toujours mal reçue. Cette situation a marqué son caractère, provoquant en elle un désir effréné d'aimer et d'aider son prochain dans la mesure où cet amour lui a été refusé.

Après un an à basculer d'un parent à l'autre, elle est définitivement accueillie dans la maison de sa grand-mère paternelle, Serafina, veuve et mère de quatre filles célibataires. De tantes couturières, elle a très bien appris tous les métiers de la couture.

Au cours de ces années marquées par le sacrifice, la mortification et la douleur, l'amour et la confiance en Dieu ont mûri en elle, une grande dévotion eucharistique, une contemplation continue des douleurs du Christ et de la Mère et une dévotion à la Très Sainte Marie. 

Le désir de Dieu a fait mûrir en elle le but de la consécration totale. Elle a écouté, mais mal conseillée par certains de ses directeurs spirituels, elle a eu de mauvaises expériences dans certains monastères, où elle a dû partir indépendamment d'elle et à cause de sa mauvaise santé à plusieurs reprises. 

En cette période de désolation, Emilia Pasqualina fut accueillie, désormais seule et malade, par Don Gabriele Rinonapoli, son Père Spirituel, dans le presbytère de la Rettoria di San Carlo alle Mortelle à Naples et ici elle écouta l'Esprit dans la prière et la réflexion.

Dans le petit ermitage de San Carlo, elle perçoit la Volonté de Dieu pour elle, et sous le regard attentif et bienveillant de Don Gabriele mûrit sa vocation : action et contemplation pour aimer et rencontrer le regard de Dieu dans les plus pauvres. 

La vocation d'Emilia Pasqualina est née avant tout de la contemplation de l'amour de Dieu et de sa providence ; de l'expérience que Dieu est toute l'existence de l'homme. L'essentiel dans la vie est d'avoir Dieu, de lui appartenir et d'être ses instruments, d'être aimé de Dieu et d'aimer inconditionnellement. 

De cette intuition s'ouvraient les horizons d'un amour oblatif pour les souffrants et en particulier pour les orphelins. En elle, les paramètres de sa vie ont changé, se reflétant dans la sagesse de Dieu qui est plus grande que toute connaissance du monde. En tant qu'orpheline, elle comprenait la souffrance des orphelins.

Dans la paroisse de S. Maria Apparente à Naples, le 22 juillet 1870, elle fut admise au Tiers-Ordre d'Alcantarino, et le 18 mars 1872 elle fit profession en prenant le nom de Maria Recommande du Saint-Esprit.

Après sa profession, elle montra le désir et le besoin de se lancer dans une œuvre en faveur des enfants orphelins, solitaires et abandonnés. Elle en a parlé à l'évêque de Nocera, Mgr Raffaele Ammirante, qu'elle a rencontré comme curé à Naples dans la paroisse de l'Ascension à Chiaia. Mgr Ammirante, un homme clairvoyant et d'une foi profonde, l'a aidée à réaliser ce dessein en l'appelant dans son diocèse.

 

Le siège historique du coven, situé à Portaromana.jpg
Le siège historique du coven, situé à Portaromana.jpg ©
Le siège historique du coven, situé à Portaromana.jpg
Perspective du palais Casolla , qui fut le premier siège de la congrégation.jpg
Perspective du palais Casolla , qui fut le premier siège de la congrégation.jpg ©
Perspective du palais Casolla , qui fut le premier siège de la congrégation.jpg

Photos ci-dessus :  https://fra.wiki/wiki/Suore_Serve_di_Maria_Addolorata_di_Nocera_de%27_Pagani#

 

 

Le 11 juillet 1872, avec trois de ses compagnes, elle atteignit le village de Casolla à Nocera Inferiore, où, le 22 juillet, elle fonda une école extérieure pour filles pauvres, obéissant aux vœux de l'évêque.

Le 4 août 1872, l'évêque bénit solennellement l'œuvre et la maison où les sœurs s'installèrent. 

Le palais se trouve encore aujourd'hui à l'intersection de la Via Catello Ferreri, bien mis en valeur par une plaque commémorative. 

L'image de la Madonna del Buon Consiglio a été placée dans la chapelle.

(photo reproduction libre de l'original)

Our_Lady_of_Good_Counsel_by_Pasquale_Sarullo.jpg
Our_Lady_of_Good_Counsel_by_Pasquale_Sarullo.jpg ©
Our_Lady_of_Good_Counsel_by_Pasquale_Sarullo.jpg

 

À Casolla, Sœur Maria Consiglio dello Spirito Santo a fondé les Sœurs Servantes de Maria Addolorata de Nocera, accueilli les premiers orphelins de l'Institut et rédigé les premières règles, sous la direction de Don Gabriele Rinonapoli et de l'évêque de Nocera, Mgr Raffaele Ammirante.

L'initiative de sœur Maria Consigli a immédiatement trouvé un grand consensus parmi la population de Nocera ; elle a rassemblé autour d'elle de nombreuses filles de Casolla et des villages voisins pour le catéchisme et la prière et de nombreuses jeunes femmes l'ont rejointe, et même les femmes mariées ont voulu participer avec leur aide.

Le 22 septembre 1872, l'évêque de Nocera a habillé les quatre premières postulantes de la nouvelle Famille religieuse des Sœurs Servantes de Maria Addolorata de Nocera de l'habit des novices.

En 1880, Sœur Maria Consigli agrégea sa Congrégation à l'Ordre des Servantes de Marie, fondé par les sept saints marchands florentins. Le travail de Sœur Maria Consigli et de ses Sœurs s'est beaucoup concentré sur les filles en danger. Chaque jour, elle rassemblait les filles de Nocera avec charité et patience, leur apprenant le métier de couturière et, au moins, la plus petite culture afin qu'elles puissent avoir un avenir digne et sain. Elle étendit bientôt l'enseignement du catéchisme aux adultes, en particulier aux femmes, voire aux personnes âgées.

Elle s'est également occupée de venir en aide aux situations extrêmes, en aidant à changer la vie des prostituées qui se trouvaient dans le quartier. Ses instructions et ses attentions portèrent de grands fruits de conversion.

En 1883, elle déménage l'oeuvre dans le village de Portaromana à Nocera Superiore, aujourd'hui la Maison-Mère de la Congrégation. 

De Portaromana, elle ouvrit d'autres maisons : dans le diocèse, à San Potito di Roccapiemonte, et au-delà du diocèse de Nocera, à Arienzo, San Vitaliano di Nola et Isernia.

Elle projette également une fondation en Algérie, mais n'a pas pu la construire pour des raisons bureaucratiques. À Portaromana et San Vitaliano, à côté de l'orphelinat, elle a ouvert des maisons pour les personnes âgées abandonnées et marginalisées.

Au fondement de cette charité, il y avait deux réalités spirituelles profondes qui remplissaient la vie de Sœur Maria Recommande : une grande foi en Dieu et un culte à la Providence. Ces attitudes découlent d'une intense vie intérieure qu'elle cultive dès l'enfance.

De nombreux témoignages de ses contemporains décrivent sœur Maria Recommandes comme une âme extatique, toujours devant le sacrement, ardemment en recueillement ; une mystique dans une attitude continue d'abandon confiant à Dieu le Père.

Elle accorda une attention particulière aux aspirants au sacerdoce, les soutenant dans les épreuves et les inévitables difficultés du chemin. Elle a suivi les séminaristes avec tendresse et sensibilité maternelle, priant pour eux et les aidant aussi financièrement. 

Elle cultivait une sensibilité et un amour extraordinaires pour l'Église, et pour elle, elle offrait toute sa disponibilité, disant sans cesse : « Il faut aimer l'Église et travailler pour elle ». Elle procure à ses frais le mobilier sacré des églises pauvres et aide financièrement les prêtres en difficulté. 

Elle avait une grande dévotion pour le Pape, recevant comme cadeau la joie de pouvoir rencontrer Pie IX qui, après avoir parlé avec Sœur Maria Recommande, bénit en elle tout son travail. Le Pape l'a saluée en disant : « Je vois que tu es une femme de grâce ». 

Pour le Pape, elle a dit qu'elle était prête à donner sa vie en offrande au Seigneur.

Ses souffrances, ses dernières années, ont été un sacrifice continu à Dieu pour l'Église, pour les vocations et pour le salut des âmes.

 

 

La dévotion à Marie, surtout avec le titre de Notre-Dame des Douleurs, a conduit Sœur Maria Recommande à être toujours une mère tendre et accueillante, avec sa Mère à côté des crucifix. 

Sa maison était un lieu de prière et de charité, une école de paix et de sainteté. 

L'évêque de Nocera, Mgr Ammirante, allait continuellement prier dans sa chapelle. Il dit à tout le monde : 

« La supérieure qui est venue ici est une sainte ; quand je veux me restaurer en esprit, je vais à la chapelle de Maria Recommande ».

 

Notre Dame des douleurs.jpg
Notre Dame des douleurs.jpg ©
Notre Dame des douleurs.jpg

 

Soudain, à environ 54 ans, Sœur Maria Recommande déclare un carcinome au sein gauche. Les cinq derniers mois de maladie, elle a été forcée de se coucher, jusqu'à sa mort, qui a eu lieu à Naples au coucher du soleil le 11 janvier 1900. 

Son corps repose dans la Maison Mère des Servantes de Maria Addolorata de Nocera, à Nocera Superiore.

(De DON ROBERTO FARRUGGIO, 

Sur les traces de l'Esprit... dans le voyage de deux mille ans de l'Église Priscaine, 

Editrice Gaia, Angri 2007).

 

Les autres saintes et saints du mois de janvier déjà sur notre site

13 Janvier – Saint Hilaire de Poitiers – docteur de l’Église - Élu évêque par acclamations vers 352
Voir l'article
Fêté le 15 janvier : Saint Arnold Janssen, prêtre fondateur : "Congrégation missionnaire du Verbe divin"
Voir l'article
Fêté le 16 janvier, Bienheureux Giuseppe Antonio TOVINI auprès des "sans voix"
Voir l'article
Bixintxo, gure patroin haundia
Voir l'article
Le 31 janvier : SAINT JEAN BOSCO, le Père et l'ami des jeunes.
Voir l'article

Répondre à () :

| | Connexion | Inscription