0
Ailleurs
Sans masque, un rassemblement de 150 personnes, visage contre visage !
Sans masque, un rassemblement de 150 personnes, visage contre visage !

| Marie Henriette 723 mots

Sans masque, un rassemblement de 150 personnes, visage contre visage !

... et pour belle cause : ils modèlent le visage du Christ !

Aucun danger, cela s'est terminé en 2015 pour le millénaire de la cathédrale de Strasbourg !

Plaisanterie mise à part, si vous ne connaissez pas ce vitrail, voici quelques captures d'écran d'une vidéo très interessante ainsi que le lien d'un blog où vous trouverez de très belles photos (ne sont pas en droit libre)

"clic" sur les photos pour les agrandir

4Plus qu'une reconnaissance, un coup de coeur.png
4Plus qu'une reconnaissance, un coup de coeur.png ©
4Plus qu'une reconnaissance, un coup de coeur.png

 

En 2015, pour fêter les mille ans de la cathédrale, deux nouvelles verrières sont inaugurées pour remplacer des œuvres du 14e siècle détruites en 1683. 

Les nouveaux vitraux sont réalisés par Véronique Ellena avec l'aide du maître verrier Pierre-Alain Parot. 

 

 

L'un des deux est un grand portrait du Christ explicitement inspiré du Christ bénissant de 1478 peint par Hans Memling, mais recomposé à partir de cent cinquante photos de volontaires anonymes. 

L'autre, sur lequel déborde la main du Christ bénissant, est un hommage à la nature d'Alsace, plantes et animaux. 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vitraux_de_la_cath%C3%A9drale_de_Strasbourg

Tableau : https://reasonator.toolforge.org/?lang=fr&q=20540025

Christ_giving_blessing.jpg
Christ_giving_blessing.jpg ©
Christ_giving_blessing.jpg

Les artistes

Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot.png
Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot.png ©
Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot.png

Le blog de jean-yves cordier

" Lors de ma visite de la cathédrale de Strasbourg et de ses vitraux anciens (XIIe au XIVe siècle) ou contemporains (la Vierge de l'Apocalypse de Max Ingrand de 1956), je faillis passer à coté d'une verrière qui venait, pourtant, d'être tout juste installée, en septembre 2015, pour le Millénaire de la fondation (1015).

En effet, celle-ci éclaire, sur le mur ouest du transept sud, la chapelle Sainte-Catherine, mais cette étroite chapelle, en retrait, largement fermée par des grilles, ne propose pas un angle de vue avantageux à celui qui, après avoir admiré l'horloge astronomique, regagne rapidement le bas-coté de la nef.

Néanmoins, ayant deviné par une vue latérale derrière des barreaux de fer forgé les hautes verrières,  et attiré par leur modernité, je trouvais l'entrée, l'accès à l'autel et au retable. Je me retournais : deux lancettes trilobées de taille inégale (la baie 22 mesure 9 m de haut et la baie 24 seulement 8,70 m) s'offraient à ma contemplation avec une sorte de grand papillon rouge, une main dressée, et un flot de lumière à travers du verre blanc.

 

Le "papillon" était en fait la tunique d'un Christ dont se distinguait surtout le visage barbu au regard grave, la main droite levée en bénédiction, et la main gauche posée comme sur le rebord de la baie.

 

La tunique du Christ.png
La tunique du Christ.png ©
La tunique du Christ.png

Je trouvais cela frais, charmant, aéré, juvénile. J'allais ressortir après avoir pris de rapides clichés, lorsque j'observai par le mode zoom de mon appareil une particularité singulière : les modulations chamois ou sépia des volumes du visage étaient en réalité composées par la réunion d'une centaine de photographies de visages d'hommes et de femmes.

Aussitôt, la force de l'œuvre me frappa par son évidence : l'humanité du Christ s'enraçinait dans le visage de chaque humain. Le visage et le regard surtout rayonnaient  de la vie de cent visages, de cent regards, de cent histoires individuelles, d'un tissu de relations humaines et  de paroles échangées. 

J'eu aussitôt envie d'en apprendre plus sur cette œuvre ; cela tombait bien, un dossier de presse et de nombreux documents et sites étaient accessibles en ligne. "

Lire la suite sur : 

https://www.lavieb-aile.com/2016/05/le-vitrail-des-cent-visages-2015-de-veronique-ellena-et-pierre-alain-parot-a-la-cathedrale-de-strasbourg.html

 

1..J'ai cherché le Christ dans l'histoire de l'art.png
1..J'ai cherché le Christ dans l'histoire de l'art.png ©
1..J'ai cherché le Christ dans l'histoire de l'art.png
1Pour représenter l'humanité.png
1Pour représenter l'humanité.png ©
1Pour représenter l'humanité.png
2les portraits des visiteurs.png
2les portraits des visiteurs.png ©
2les portraits des visiteurs.png
3ils constituent le modelé du visage du Christ.png
3ils constituent le modelé du visage du Christ.png ©
3ils constituent le modelé du visage du Christ.png

 

" C’est un véritable chef d’œuvre par la richesse de sa composition, la qualité de la lumière et des couleurs mais également un « hymne à la nature et un message humaniste », comme aiment à le définir Véronique Ellena et Pierre-Alain Parot "

https://www.fondationbs.org/fr/culture/metiers-dart/prix-liliane-bettencourt-pour-lintelligence-de-la-main/pim-dialogues/vitrail_aux_100_visages

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription