0
Immobilier
LES GALERIES DE LA PAROISSE NOTRE DAME DE LA BIDASSOA
LES GALERIES DE LA PAROISSE NOTRE DAME DE LA BIDASSOA
© jp rama

| JPaul

LES GALERIES DE LA PAROISSE NOTRE DAME DE LA BIDASSOA

(Un chef d’œuvre de l’Art Religieux de nos églises)

Introduction

On est séduit par ces longues galeries en bois sombres qui tranchent sur le blanc crépi des murs et qui sont si pittoresques, surtout lorsqu’elles sont chargées de croyants.

Les petites églises, n’ont qu’une rangée de tribunes, à l’exemple de l’église Sainte Anne d’Hendaye ; Certaines, les plus grandes en possèdent deux et même trois, à l’instar de l’Eglise Saint Martin de Biriatou, Saint Jacques de Béhobie et bien sûr de Saint Vincent d’Hendaye, qui en offre sur trois niveaux. Ces galeries sont suspendues au flanc de la nef, les unes au-dessus des autres, reliées par de grosses pièces de bois, et supportées par des piliers joliment façonnés. Plus rare le prolongement de ces tribunes par un retour en arrondi jusqu’au fond des transepts comme à l’église Saint Vincent d’Hendaye, ce qui donne plus d’ampleur, de majesté, plus de volume aussi à ces ensembles magnifiques. Exceptionnelle aussi cette belle « galerie balcon » à deux niveaux qui clos tout le fond de l’église Saint Jacques de Béhobie ; une superbe réalisation.

C’est également de ces galeries superposées que partent de tous les côtés à la fois, les Chœurs et les chants Basques, à l’appel de l’orgue, souvent placé au centre de la première tribune. Alors les hommes, de leurs bancs, dans la galerie justement expriment l’âme basque, cette âme que l’on dit mystérieuse et qui va bientôt éclater et s’épandre pour un instant de ferveur religieuse profonde et sincère.

 

Une ingénieuse trouvaille architecturale

Nos belles galeries, source de beauté, sont la splendeur de toutes nos églises Basques, mais en IPAR EUSKAL HERRIA (Pays Basque Nord) uniquement.

Elles n’ont pas toujours existé, comme aujourd’hui, dans toutes nos paroisses.

Dans le Pays Basque « d’avant » du XIIème ai XIVème siècle, la population était en moins grand nombre, en partie à cause des mauvaises récoltes, des famines, des maladies, des guerres et de la mauvaise alimentation ; d’ailleurs, comme dans toute la France rurale de ces époques.

Au XVIème siècle en Espagne apparaît HERMAN CORTES (1485-1547) et ses conquistadors.

Ceux-ci vont dévaster le nouveau monde en détruisant l’empire AZTEQUE en 1521 faisant plusieurs millions de morts ; mais avec l’or inutile, ils ramenèrent cette graine, cette plante bien plus précieuse «  LE MAIS » appelé aussi en cette période « LE BLE D’AMERIQUE ». Celui-ci, via l’Espagne, est ensemencé au Pays Basque où il s’adapte et pousse remarquablement bien. Aussitôt, l’alimentation du bétail, des hommes, des familles s’améliore entraînant un recul de la mortalité et ses conséquences immédiates, une espérance de vie plus longue, une augmentation de la population, un panel familial qui s’agrandit.

C’est cet accroissement de population, qu’il faut désormais prendre en compte et gérer en Pays Basque. Les fermes «  Maisons Blocs » s’agrandissent, d’où ces toits dissymétriques caractéristiques des logis « augmentés » en zone rurale. Dans nos églises il faut aussi faire face à ce surplus de population ; mais pas question d’augmenter indéfiniment le bâti, de rallonger la nef d’élargir les transepts par exemple ; alors survient cette ingénieuse trouvaille architecturale, de garnir la presque totalité des murs de galeries et cela du XVIème au XVIIème siècle.

Ainsi nos églises, « à volume construit égal » peuvent désormais avoir une capacité d’accueil bien plus importante et recevoir tous les paroissiens. Pour les églises de construction plus tardive, de notre Paroisse Notre Dame De La Bidassoa, Biriatou 1852, Béhobie 1870 et Hendaye plage 1932 les galeries furent construites en même temps que l’ensemble du bâti bien sûr, mais dans le respect du style des églises Basques, donc avec des tribunes. Même à l’église Saint Vincent d’Hendaye, les galeries et le magnifique plafond firent l’objet d’une reconstruction complète après les dévastations de 1793.

En plus de sa fonction utilitaire, nous sommes tous convaincus de l’extrême élégance, de l’apparente légèreté, de la diversité des appuis et de la grande variété des barreaux, tous différents d’une église à l’autre ; parfois aussi exécutés au tour à bois, à l’unité par les paroissiens eux-mêmes, sans plan souvent, donc tous dissemblables de forme et de profil mais du plus bel effet, comme ceux de l’église d’Ainhoa par exemple et dans bien d’autres paroisses

 

Pour conclure

Il faut admirer et aimer nos belles galeries, joyau de l’Art Sacré, mais également chef d’œuvre de l’Art Populaire Régional, qui confirme si besoin en était du merveilleux sens artistique de tout un peuple enraciné dans une terre de tradition Basque.

Elles font l’admiration de tous pour longtemps encore tout en étant au service de la liturgie et de la foi du croyant, dans la joie qui habite tout chrétien et qui transforme tous les cœurs.

Les galeries de l’église Sainte Anne d’Hendaye. Ses derniers travaux d’agrandissement datent de 1920 puis les galeries furent complétées en 1932.
Les galeries de l’église Sainte Anne d’Hendaye. Ses derniers travaux d’agrandissement datent de 1920 puis les galeries furent complétées en 1932. © jp rama
Les galeries de l’église Sainte Anne d’Hendaye. Ses derniers travaux d’agrandissement datent de 1920 puis les galeries furent complétées en 1932.
Les galeries de Saint martin de Biriatou. En 1982 les tribunes d’une dangereuse vétusté sont remplacées par des neuves. Nous les contemplons toujours aujourd’hui.
Les galeries de Saint martin de Biriatou. En 1982 les tribunes d’une dangereuse vétusté sont remplacées par des neuves. Nous les contemplons toujours aujourd’hui. © jp rama
Les galeries de Saint martin de Biriatou. En 1982 les tribunes d’une dangereuse vétusté sont remplacées par des neuves. Nous les contemplons toujours aujourd’hui.
Les galeries « balcons » de l’église Saint Jacques de Béhobie (1870). Deux niveaux. Superbe !
Les galeries « balcons » de l’église Saint Jacques de Béhobie (1870). Deux niveaux. Superbe ! © jp rama
Les galeries « balcons » de l’église Saint Jacques de Béhobie (1870). Deux niveaux. Superbe !

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription