0
La Paroisse
Homélie du Jour de Pâques par M. l'abbé Baptiste POCHULU
Homélie du Jour de Pâques par M. l'abbé Baptiste POCHULU

| Abbé Baptiste POCHULU 795 mots

Homélie du Jour de Pâques par M. l'abbé Baptiste POCHULU

H O M E L I E

DIMANCHE DE PÂQUES

 

Chers frères et sœurs,

 

« Écoutons la bonne nouvelle apportée par Marie-Madeleine, plus rapide que l’homme grâce à sa foi… » Que voient-ils ? Rien ! Que croient-ils ? Tout !

Telle est l’expérience fondamentale, réelle et sensible, qu’ont fait Marie-Madeleine, Pierre et Jean au matin de Pâques.

 

Telle est l’expérience, réelle et sensible, que nous faisons – ou que nous pouvons faire – en ce matin de Pâques. Notre foi se nourrit de cette expérience matinale des Apôtres ; et cette dernière est comme en écho à notre foi, car elle nous donne d’expérimenter la transcendance et de toucher, en quelque sorte, au divin.

 

Ce qui est au plus profond de nous est comme réveillé, stimulé et comblé.

 

Voilà le matin de Pâques ! Nous le croyons, la vie ne s’arrête pas avec la mort !

Le Christ, en laissant le tombeau vide au matin de Pâques, nous montre que « la vie terrestre est comme une première étape magnifique, décisive, ouverte sur une existence sans limites, sans pleurs, sans chagrins, sans douleurs, où règnera un bonheur éternel. »

Voilà ce que comprennent les Apôtres en découvrant le sépulcre béant ; et ainsi, après l’affolement, la tristesse et la peur de Marie-Madeleine, le calme, la joie et la sérénité de Pierre et Jean.

 

Saint Grégoire de Nysse (évêque au IVe siècle) commente :

Ce jour est le premier d’une autre création. En ce jour Dieu crée « un ciel nouveau et une terre nouvelle » … En ce jour est créé l’homme véritable, celui qui est « à l’image et à la ressemblance de Dieu ». Vois quel monde est inauguré en ce jour, ce « jour que le Seigneur a fait » … Ce jour a aboli la douleur de la mort et a mis au monde « le premier-né d’entre les morts ». En ce jour… la prison de la mort a été détruite, les aveugles recouvrent la vue, « l’astre d’en haut se lève et vient secourir ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l’ombre de la mort » …

 

Voilà chers frères et sœurs, ce qui était attendu depuis la Création du monde se réalise au matin de Pâques. Les actes des patriarches (Abraham, Isaac et Jacob) et les paroles des prophètes (Isaïe, Jérémie et Ézékiel) trouvent leur accomplissement, comme nous l’avons entendu dans la première lecture : « C’est à Jésus que tous les prophètes rendent ce témoignage » (Ac 10, 43).

Et déjà nous pouvons goûter en prémices à ce qui n’est pas encore là, mais qui nous est promis et obtenu par la victoire du Christ sur la mort, et que nous avons enfoui au plus profond de nous-mêmes et que nous cherchons : la communion avec Dieu, la participation au banquet éternel dans le Royaume céleste, l’héritage de la vie éternelle avec le Christ ; en somme, la paix. Voilà le matin de Pâques !

 

Comme nous l’avons entendu dans la deuxième lecture : « Recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre. » (Col 3, 1-2)

 

Le récit du matin de Pâques, en plus d’aviver ce désir de paix qui est en nous, de nous faire entrevoir ce qui arrivera à nos corps mortels au dernier jour, saint Paul nous fait comprendre comment regarder ce sépulcre béant. Il faut se détacher des choses de ce monde, pour s’attacher à celle de Dieu, comme le Christ le fit lui-même, pour être assis à la même table que lui ; sans quoi, nous ne pouvons aller là où il est allé (cf. Jn 13, 36).

 

Oui, pour se laisser combler par ce vide du tombeau, il faut avoir un regard de foi ; qui dans la ténèbres perçoit la lumière, qui nous fait voir l’invisible, qui nous fait adhérer à l’insaisissable. Voilà le matin de Pâques !

 

Quelle grâce, quelle joie, quel bonheur que nous puissions nous réunir tous ensemble ce matin dans cette église, afin que chacun puisse recevoir le fruit de la Rédemption, que le Christ nous a obtenu et nous offre par sa victoire sur la mort.

 

Car oui, la Résurrection du Christ est le gage de ce qui nous est promis au dernier jour, que nous cherchons et que nous préparons durant notre pèlerinage sur la terre. Entrons dans le mystère de Pâques avec un cœur purifié – par l’eau baptismale de laquelle nous avons été marqués –, rassuré – par l’expérience de Marie-Madeleine, Pierre et Jean –, et renouvelé – par notre participation au mystère de l’Eucharistie.

 

Amen.

Jour de Pâques.png
Pierre partit avec l'autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble... ©
Jour de Pâques.png

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription