0
La Paroisse
Homélie du 4ème dimanche de l'Avent
Homélie du 4ème dimanche de l'Avent

| Jean-Marc Lavigne

Homélie du 4ème dimanche de l'Avent

QUATRIEME DIMANCHE DE L’AVENT B

 

          Ce récit de l’évangile a de quoi en étonner plus d'un de nos jours.

Avouons qu'il n'est pas aussi évident que cela de croire, à l'heure d'Internet et des communications modernes, à cette histoire d'ange et de naissance miraculeuse.

Nombreux sont ceux qui reçoivent ce récit comme s'il s'agissait simplement d'un mythe, sans grande valeur historique.

 

          Mais, nous savons bien pourtant que les Évangiles ne sont pas des récits historiques dans le sens où l'entendent les historiens d'aujourd'hui.

Il ne s'agit pas d'un récit à la Paris Match, s’appuyant sur des photos et des interviews.

Mais pour autant ce récit est totalement vrai ; mais d’une vérité racontée avec la mentalité juive de l’époque, avec le style oral et littéraire qui l’accompagne.

Ce récit n’est pas fait pour assouvir notre curiosité

comme le font nos chers ou satanés médias mais pour conduire le lecteur et l’auditeur à la foi au Christ.

 

          Recevoir ce récit autrement que dans la foi conduit inévitablement à le vider de sa substance, quand ce n'est pas à le rejeter purement et simplement.

 

La foi ne repose pas sur des mythes, mais sur des faits historiques qui s'offrent à la foi. Le Jésus auquel nous croyons est bien le Jésus de l'histoire qui a été "conçu du Saint-Esprit et qui est né de la vierge Marie".

 

          Donc un ange entre dans la maison d'une jeune femme apparemment insignifiante. Elle est déjà "casée", son projet est probablement relativement simple : se marier, éduquer des enfants dans la loi de Dieu, soutenir son mari toute sa vie, jusqu’à ce que la mort les sépare.

 

Dans sa maison de Nazareth, Marie a vécu alors une expérience tellement surprenante qu'elle en a été bouleversée au plus profond d'elle-même et un peu effrayée. Mais résultat : voici Marie engagée dans la plus extraordinaire des missions... « Voici la servante du Seigneur, que tout m’advienne selon ta parole. »

 

          Saint Luc, qui a écrit ces pages d’évangile, s’est alors demandé comment rendre compte d'une expérience aussi extraordinaire ?  

Il a utilisé les mots les plus étonnants, les symboles les plus surprenants, les images les plus merveilleuses.

Et il l'a fait comme un bon artisan. Son récit est chargé de secret et baigné de mystère, comme il devait l'être.

 

          Pour comprendre ce récit de l’Annonciation, il faut bien réaliser que Marie est portée par la foi et par l'espérance de tout un peuple, de tout un peuple dont elle fait partie. Depuis longtemps il attend un Messie, envoyé de Dieu. Malheureusement pendant de longues années cette attente n’a pas été nourrie car les prophètes s’étaient tus ; heureusement, Jean le Baptiste avait pris le flambeau avec vigueur ; il attestait que le Messie viendrait et qu’il était tout proche ; qu’il fallait préparer le chemin, se préparer à l’accueillir.

 

Marie attend avec impatience l'avènement qui en découlera : un monde plus juste et plus fraternel.

Son chant « Magnificat » l'exprimera bientôt par des images significatives :

Elle attend que les orgueilleux et les puissants soient jetés en bas de leurs trônes, et que les humbles soient élevés.

Elle attend que les affamés soient comblés de biens, et que les riches soient renvoyés les mains vides.

 

Marie devine confusément que les êtres humains n'y parviendront pas tout seuls.

 

          Elle attend un secours de Dieu, un coup de main de Dieu, la grâce de Dieu... et un Messie, un envoyé de Dieu.

 

Elle croit qu'un jour le Seigneur ne sera plus caché dans une arche d'alliance ni éloigné dans un temple.

 

Elle croit que le Seigneur se fera plus proche d'elle-même et de ses semblables, qu'il prendra sur lui tous les malheurs du monde, et qu'il les fera reculer.

 

          L'évangile d'aujourd'hui nous rapporte qu'elle n'est pas restée sans réponse.

 

          L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue Marie pleine de grâce… tu vas concevoir et enfanter un fils… il règnera pour toujours sur la maison de Jacob et son règne n’aura pas de fin. » L’annonciation : expérience merveilleuse et un peu effrayante d'être visitée par la mystérieuse présence de Dieu.

 

C’est donc avec elle, que Dieu viendra au milieu des hommes ; c’est par son corps de maman, qu’elle mettra au monde son fils qui est le Fils de Dieu. Elle est vraiment la « servante » du Seigneur qui a dit oui à la parole de l’ange !

 

Et nous, dans quel état d’esprit sommes-nous à quelques jours de Noël ?

 

Nous pouvons, comme Marie, nous y préparer quelles que soient les restrictions liées au mesure sanitaires. Le Seigneur vient dans nos vies, à plus forte raison !

 

Mais, il n’atteindra la crèche de nos cœurs et de nos comportements que si nous en avons un désir profond.

Sommes-nous réellement en attente d’un changement dans notre vie ou dans la vie du monde ? Sommes-nous sensibles, conscients, participants de l’attente de nos contemporains en commençant par ceux de nos familles ?

Car s’il n’y a pas d’attente, rien ne se passera à Noël, sauf la soupe à la grimace parce qu’on est moins nombreux à table. 

Et si, justement à cause de la distance d’avec nos proches, nous inventions une autre forme de présence, par un geste à inventer, un message, un coup de fil, par une rencontre sur Zoom plus humaine qu’avant, moins « parce qu’il faut » « parce que c’est l’usage ».

 

Ce qui revient à dire : en réveillant en nous et autour de nous une espérance d'un monde plus juste et plus fraternel, plus spirituel aussi. En laissant retentir en nous et autour de nous la parole et les promesses du Seigneur. En nous mettant de façon nouvelle à la prière dans notre petite chambre de notre Nazareth, comme le faisait la Vierge Marie avant et après l’Annonciation.

 

La lumière du soleil suffit pour nous éclairer.

Il en est de même pour l’Evangile : la lumière de l’Evangile suffit pour nous éclairer et éclairer les autres, pour nous convaincre de la vérité de Dieu et de Jésus le Christ, Dieu incarné, conçu du Saint-Esprit et né de la Vierge Marie.

                                                           Amen

 

 

 

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription