0
La Paroisse
Homélie du 4e dimanche de Pâques
Homélie du 4e dimanche de Pâques

| Maxime EDOH 918 mots

Homélie du 4e dimanche de Pâques

Dimanche du Bon Pasteur et des vocations

Homélie du 4e dimanche de Pâques

Chers frères et sœurs,

Aujourd'hui c'est le 4è dimanche du temps pascal, le dimanche du bon pasteur. C'est aussi le dimanche où l'Eglise prie pour les vocations.

Dimanche des vocations

Quand on parle de vocations, on pense souvent aux diacres, aux prêtres, aux évêques et aux dignitaires de L'Eglise. Nous y pensons car ce sont eux qui prennent une part active aux divers ministères au sein de la communauté chrétienne. Mais en réalité, la première vocation de l'homme, c'est l'appel à la sainteté. ''Soyez saints comme Moi, votre Père je suis saint'', telle fut la constante invitation que Dieu adresse à sa créature.

L'aspiration au bonheur, au Bien, au Beau, et surtout la propension à la sainteté proviennent d'abord et avant tout de la volonté de Dieu. C'est le Seigneur lui-même qui suscite au cœur de tout être humain ce désir de sainteté. Vient ensuite la vocation au mariage. Celle-ci, tout en assurant les liens de complémentarité, permet au couple la perpétuation de l'espèce humaine sur terre, notre patrie commune. Le Seigneur Dieu dit à l'homme et à la femme : ''soyez féconds, multipliez-vous et soumettez la terre''. Comme nous le voyons dans le livre de la genèse, le mariage est un appel, une mission que l'homme reçoit de Dieu pour assumer et maintenir la descendance dans ce monde. Et de cette descendance émergera la troisième branche de vocations : la vocation sacerdotale ou religieuse qui rassemble les prêtres, les religieux, religieuses, les évêques et compagnies. En parlant de la gradation des vocations, une histoire me vient à l'esprit : un jour Giovanni Battista Montini, le futur Pape Paul VI. Alors fraîchement sacré archevêque de Milan, le vénérable dignitaire de l'Eglise rendit visite à sa mère et, pour l'amuser, lui montra son anneau épiscopal et son pallium en lui disant : ''Maman, voici ce qu'est devenu ton fils!'' Et sa mère de lui répondre, jamais tu ne serais devenu ce que tu es si auparavant cette bague de mariage n'avait pas existée!''. Ceci pour nous rappeler que dans l'ordre des vocations, le mariage passe avant la vocation sacerdotale et religieuse car sans famille, pas d'enfants et sans enfants pas de prêtres, ni de religieux et religieuses.

Dimanche du bon pasteur

La liturgie de la parole aborde en ce jour les qualités du bon pasteur. En effet dans le psaume responsorial nous lisons ceci : ''Reconnaissez que le Seigneur est Dieu : il nous a faits et nous sommes à lui, nous son peuple, son troupeau. Oui, il est Bon le Seigneur, éternel est son amour, sa fidélité demeure d'âge en âge.'' A travers ces versets, nous voyons comment le Seigneur se préoccupe de son peuple et l'entoure de tous les soins. Dans l'évangile, cette attention est plus remarquable car entre le berger et son troupeau il y a une parfaite harmonie : ''Mes brebis écoutent ma voix: moi je les connais et elle me suivent. Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main''. Chers amis pour mieux entrer dans la compréhension de cette de ce passage de l'Ecriture, il nous faut préciser son contexte d'émergence.

Au fait Jésus était presque à la fin de sa mission sur terre. Il arriva au temple ; des gens qui se trouvaient sous le portique de Salomon l'approchèrent et, au regard des œuvres qu'il accomplissait lui demandèrent: '' si tu es vraiment le messie, dis-le nous clairement''. Alors Jésus leur répondit en disant : '' je connais mes brebis et que mes brebis me connaissent. Je m'offre en sacrifice pour ses brebis pour leur procurer la vie éternelle. Ce passage souligne les qualités du pasteur. Le bon pasteur, c'est celui qui sait prêter attention aux brebis, qui soigne leurs blessures, qui prend tous les risques pour elles et qui donne sa vie en rançon pour le salut éternel de son troupeau. Jésus va plus loin dans sa réponse en disant : ''le Père et Moi, nous sommes un. En clamant haut et fort son égalité avec le Père, il irrite la foi de ses interlocuteurs.  Evidemment ceux-ci croyaient au Dieu créateur, unique et sans nul autre pareil. D'ailleurs la foi en ce Dieu unique nous est rappelé par le « Shema Israël », la prière quotidienne de tout bon croyant juif, à savoir: ''écoute Israël, le Seigneur ton Dieu est unique''.

En se prévalant l'égal du Père, Jésus déclenche l'adversité de ses auditeurs notamment les chefs des prêtres et les scribes. Cette affirmation constituera pour lui un motif de condamnation dans les jours à venir. Il sera pendu sur la croix. Tout comme le Christ, l'apôtre Paul nous rappelle les épreuves que Barnabé et lui ont enduré en vue de l'expansion de la Bonne Nouvelle du salut. Heureusement que cet évangile qu'ils ont annoncé n'est pas resté sans fruits. Effectivement, dans la première lecture de ce jour, nous lisons ce qui suit : ''En entendant cela, les païens étaient dans la joie et rendaient gloire à la parole du Seigneur ; tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle devinrent croyants''.

A la suite de Paul et Barnabé, l'Eglise naissante a connu des vagues de martyrs. Aujourd'hui encore, subsistent malheureusement des foyers d'hostilités à l'expansion de la foi.

En ce 08 mai, fête de la libération de la France et de la fin de la guerre en Europe, prions le Bon pasteur d'envoyer du haut du ciel son Esprit de paix pour un monde meilleur, Amen!

le Bon Pasteur - Ste Anne.JPG
le Bon Pasteur - Ste Anne.JPG ©
le Bon Pasteur - Ste Anne.JPG

Répondre à () :

| | Connexion | Inscription