0
La Paroisse
Homélie du 2ème dimanche de Pâques
Homélie du 2ème dimanche de Pâques
© ND de la Bidassoa

| Abbé Maxime EDOH 778 mots

Homélie du 2ème dimanche de Pâques

Homélie du 2è dimanche de Pâques année C

Chers amis,

Aux lendemains de la résurrection du Christ, les disciples avaient peur des autorités juives. Ils avaient peur de subir le même sort que Jésus, leur maître qui a été cruellement exécuté quelques jours auparavant.

Comme les disciples, nous avons parfois peur, nous aussi ; nous avons peur de la maladie, des virus, et surtout du covid. Nous voilà rassemblés dans l'église en train de prier : subitement quelqu'un se met à tousser. Ceux qui sont autour de lui commencent par se demander instinctivement s'il n'est pas cas contact. Un autre est enrhumé et on s'en méfie pour ne pas chopper le covid. Nous avons peur du prochain de plus en plus perçu comme un potentiel danger autour de nous. Nous craignons la souffrance, l'insécurité, l'échec, la violence et les incertitudes de tous genres. En dernier ressort, nous avons peur de la mort.

Oui la frayeur a poussé les apôtres à verrouiller les portes là où ils étaient. Et voilà Jésus qui leur apparaît et leur dit : "la paix soit avec vous". La paix ! la paix que Jésus leur apporte n'est pas celle que nous propose le monde. La paix que Jésus leur donne, c'est la paix intérieure, la quiétude de l'âme : une paix qui apaise, rassure et réconforte.

Après leur avoir donné la paix, Jésus souffla sur les disciples. Il leur donne l'Esprit Saint : l'Esprit créateur, source de tout bien, l'Esprit qui vivifie et sanctifie, l'Esprit qui est force et puissance de Dieu, l'Esprit qui les aide à annoncer les merveilles de Dieu et à opérer des miracles.

Dans la première lecture de ce jour, l'évangéliste saint Luc nous rapporte comment, sous l'action de l'Esprit saint, les apôtres guérissent beaucoup de malades". En effet nous lisons ce qui suit : " on allait jusqu'à sortir les malades sur les places en les mettant sur des civières et des brancard s: ainsi, au passage de Pierre, son ombre couvrirait l'un ou l'autre ".

Quand Jésus apparut pour la toute première fois après sa résurrection aux disciples, Thomas l'un des douze n'était pas là. Les autres disciples lui dirent : « nous avons vu le Seigneur ! ». Alors Thomas se mit à leur marmonner : "si je ne vois pas la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non jamais je ne croirai ". Huit jours plus tard, Jésus apparaît aux disciples et interpelle Thomas en ces termes :" avance ta main et mets-là dans mon côté, cesse d'être incrédule, sois croyant".

Thomas dont il est question dans l'évangile s'appelle Didyme, ce qui veut dire Jumeau. Ce qui est curieux dans ce texte d'évangile, c'est que le frère Jumeau de Thomas n'a été précisé nulle part. On n'a point besoin de préciser son nom car, en réalité, le frère jumeau de Thomas, c'est toi et moi, c'est vous et nous. Toutes les fois où les situations troublantes s'abattent sur nous et que nous doutons de la présence de Dieu dans notre existence, nous incarnons le frère jumeau de l'apôtre Thomas.

Chers amis ! Jésus est présent dans chacune de nos vies. Il nous accompagne à pas d'hommes, Il nous soutient, Il nous protège, Il combat pour nous, même si cela semble imperceptible à nos yeux.

Dans l'eucharistie qui est en cours, Il viendra encore : à l'anamnèse, à l'invocation de l'Esprit Saint sur les offrandes, le pain et le vin deviendront Corps et Sang du Christ. Jésus sera présent, Il sera au milieu de nous. Demandons au Seigneur d'ouvrir nos yeux de foi pour le contempler.

Un jour, en Afrique, alors que j'étais curé dans une paroisse de campagne, me voici subitement envahi par les cris de détresse d'une dame possédée par un esprit impur : c'était un dimanche de la divine miséricorde. A la vue de la femme malade, je me mis à réciter des prières (Pater et Ave) qui se sont révélées inefficaces ; puis instinctivement j'entends une petite voix qui me souffla à l'oreille : "Maxime ne te décourage pas, célèbre simplement une messe, et la dame s'en trouvera mieux". J'obéis à cette voix et me mis à célébrer l'eucharistie. Au cours de celle-ci, après l'anamnèse, la jeune dame se mit à ramper sur ses genoux jusqu'à se rapprocher de la table de fortune qui servait d'autel. A la fin de la messe, elle était délivrée, totalement guérie.

Chers amis, je ne cesserai de vous le dire et le redire :" le Christ est présent dans chacune de nos vies, Il veille sur chacun de nous". Alors ouvrons les yeux de la foi pour sereinement le contempler. Amen !

Thomas dit à Jésus : "Mon Seigneur et mon Dieu !"
Thomas dit à Jésus : "Mon Seigneur et mon Dieu !" © ND de la Bidassoa
Thomas dit à Jésus : "Mon Seigneur et mon Dieu !"
Abonnement NL.jpg
Abonnement NL.jpg ©
Abonnement NL.jpg

Répondre à () :

| | Connexion | Inscription