0
La Paroisse
Homélie du 29ème dimanche du temps ordinaire
Homélie du 29ème dimanche du temps ordinaire

| Jean-Marc Lavigne 887 mots

Homélie du 29ème dimanche du temps ordinaire

29ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE B

Début de la Semaine Missionnaire Mondiale

 

          Ce dimanche et dimanche prochain encadrent la SEMAINE MISSIONNAIRE MONDIALE.

 

          Le thème choisi cette année, et confié à toutes les communautés chrétiennes, est le suivant : « Il nous est impossible de nous taire ! »

          Ce thème est tiré du livre des Actes des Apôtres. En voici le contexte : après l’ascension de Jésus, après la Pentecôte, Pierre et Jean guérissent un infirme à la porte du Temple de Jérusalem. Les autorités de la ville, chefs, anciens et scribes, les questionnent et finalement leur demande de ne plus parler de Jésus.

          C’est alors que ces deux apôtres répliquèrent : « Il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu » ; ce qui veut dire : nous ne pouvons pas ne pas proclamer Jésus, sa vie et son message.

 

          Voilà où l’Eglise puise et ensuite renouvelle son élan missionnaire ! « Nous ne pouvons pas nous taire ».

 

          Mais ce qui est parlant ce ne sont pas uniquement les mots et les beaux discours sur Jésus, ce sont aussi les comportements posés en son nom et à sa suite.

          C’est dire que tous les abus, abus d’autorité, abus de conscience et abus sexuel sont des contre-témoignages évidents : ils souillent le message du Christ, ils piétinent même son corps.

 

          Dans le passé, il y a eu des pratiques de conversion forcée inadmissibles perpétrées au nom du Christ pour que la foi se propage dans le monde entier, mais trop souvent en bousculant des cultures, et l’âme des peuples. Ces pratiques missionnaires ont heureusement cessé. Et aujourd’hui on parle avec bonheur d’inculturation de l’Evangile.

 

          Oui, quand les mots et les actes sont en harmonie et s’auto-alimentent, quand celui qui est différent est considéré avec respect, les missionnaires sont des reflets de l’Amour de Dieu offert.

 

          Et l’agir du Christ Jésus se poursuit à travers ses témoins ; car Jésus est le premier qui ne pouvait pas se taire et ne pas parler de l’amour de Dieu.

 

          Notez alors le décalage du comportement des apôtres Jacques et Jean (dans l’évangile de ce dimanche) : Ils demandent à Jésus de siéger à sa droite et à sa gauche dans sa gloire.

 

          Eux, ne piétinent personne mais veulent « se planquer bien au chaud » contre Jésus, avoir les premières places et les honneurs.

 

          Cela aussi est le contraire de l’attitude missionnaire.

 

          Donc il faut bannir les attitudes de prosélytisme basés sur les abus ; et tout autant bannir les attitudes de repli sur soi et de mondanité.

 

          Alors il nous est bon et bénéfique de retrouver la fraicheur et la force de l’enseignement missionnaire de Jésus ; il dit à ses douze apôtres : « Celui qui veut être parmi vous le premier sera votre serviteur : car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

 

Je retiens là trois expressions que nous devons comprendre et ensuite même en pratique. Ces trois points sont aussi comme les trois règles d’or des missionnaires de par le monde :

 

Le premier sera le serviteur.

Nous savons qu’être mis aux nues, soit par son propre orgueil soit par le truchement de relations intéressées, est le début de la dégringolade et l’entrée dans le monde des abus de toutes sortes. A cela il faut oser opposer l’attitude de l’humble serviteur. Jésus l’a fait ; le missionnaire le fait et le fera de mieux en mieux.

 

Vivre pour donner sa vie.

Souvent on aime prendre, prendre possession de biens matériels, prendre possession aussi des personnes, même dans la vie de couple, et malheureusement aussi dans l’Eglise et que dire de la société.

Or ce n’est pas en prenant, en mettant la main (je dirais le grapin) sur les autres, mais c’est en donnant, en se donnant, en donnant sa vie que nous vivons un amour fraternel qui manque tant à notre monde du profit. Jésus a tout donné, et sa mort sur la croix en est la signature bouleversante ; le missionnaire le fait et le fera de mieux en mieux.

 

Pour la multitude.

Ici nous est donné la dimension de la mission : elle est universelle, « pour la multitude » ; il nous faut donc encourager les vocations missionnaires aux quatre coins du monde. Et pour nous ici, la multitude, c’est l’ouverture aux autres, l’accueil des nouveaux dans la paroisse, et comme le dit si bien notre pape : les périphéries géographiques et existentielles. Jésus a Le missionnaire au loin et nous-même ici en attitude missionnaire, nous devons regarder près et loin à la fois, et pour cela vivre au cœur du monde, ne pas s’en éloigner comme s’il était porteur de toutes les maladies et malédictions, aimer nos contemporains, même les plus éloignés de nous, car pour eux tous Dieu a un projet d’amour.

 

          Vivons cette semaine missionnaire mondiale jusqu’à dimanche prochain en disciples-missionnaires. Que toute notre vie soit message de vie et d’amour de Dieu pour les autres.

          Pensons aussi à ceux qui répandent l’Evangile sur tous les continents. Prions pour eux et dimanche prochain notre don à la quête ira au profit de 1500 diocèses les plus démunis du monde.

 

                                                                     Amen

 

29DOB.jpg
. ©
29DOB.jpg

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription