0
Dans la foi
Fêtée le 29 avril - Sainte Catherine de Sienne (+1380)  - Docteur de l'Eglise - Copatronne de l’Europe,
Fêtée le 29 avril - Sainte Catherine de Sienne (+1380)  - Docteur de l'Eglise - Copatronne de l’Europe,

| ND de la Bidassoa 1248 mots

Fêtée le 29 avril - Sainte Catherine de Sienne (+1380)  - Docteur de l'Eglise - Copatronne de l’Europe,

Catherine_of_Siena.jpg
Catherine_of_Siena.jpg ©
Catherine_of_Siena.jpg

Photo couverture : Par anonimous — http://www.tanogabo.it/religione/santa_caterina_siena.htm, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6979575

 

Du site : https://eglise.catholique.fr/saint-du-jour/29/04/sainte-catherine-de-sienne/

Catherine de Sienne, benjamine d’une famille très nombreuse (24 frères et sœurs), entend très jeune l’appel à se consacrer à Dieu.

A seize ans, elle devient tertiaire dominicaine, tout en vivant sa vie d’austérité et de prière au milieu de sa famille. Elle fait vœu de virginité, mais le petit groupe des amis qui l’écoutent et la soutiennent (les Caterini) l’appelle “maman”. 

Ascèse et oraison la font vivre en étroite union avec le Christ, tout en se préoccupant des réalités de la vie. Elle vient en aide aux pauvres et aux malades de Sienne, elle écrit aux grands de son temps. Son principal souci est l’unité de l’Église.
Sans complexe, elle écrit au pape, alors en Avignon, une lettre brûlante où elle le presse de revenir à Rome. Elle ira même le chercher. Lorsque la chrétienté occidentale sera divisée entre plusieurs papes, elle soutiendra Urbain VI et déploiera des trésors d’activité et de diplomatie pour rassembler l’Église autour de lui. 

 

Catherine de Sienne et Raymond de Capoue implorent, à Avignon, Grégoire XI de faire la paix avec Florence

Unknown XVIIe s — Numérisation personnelle 

Catherine_de_Sienne_à_Avignon_pour_que_Grégoire_XI_accorde_la_paix_à_Florence.jpg
Catherine_de_Sienne_à_Avignon_pour_que_Grégoire_XI_accorde_la_paix_à_Florence.jpg ©
Catherine_de_Sienne_à_Avignon_pour_que_Grégoire_XI_accorde_la_paix_à_Florence.jpg

Elle prend aussi partie dans les luttes où s’affrontent les villes italiennes. Elle, la recluse de Sienne, voyage inlassablement comme médiatrice dans le nord de l’Italie et le sud de la France. 
Pourtant cette activité débordante n’est pas le tout de sainte Catherine. Ce n’est que la face apparente d’une intense vie mystique, avec des extases durant lesquelles ses disciples, émerveillés, copient les prières qui s’échappent de ses lèvres. 

Son “Dialogue”, qui est aussi un des classiques de la langue italienne, retrace ces entretiens enflammés avec le Christ, qu’elle rejoignit à 33 ans dans la vision béatifique. 

Elle a été proclamée docteur de l’Église en 1970.

 

Méditations de sainte Catherine de Sienne

 

Le monde aime l’orgueil. Dieu aime l’humilité.

 

Je vous ai créés sans vous, dit Dieu. Je ne vous sauverai pas sans vous.

 

Nul n’est si éclairé qu’il puisse faire l’économie de la lumière des autres.




 

Pour en savoir plus, ouvrir un article très complet sur Wikipédia, avec beaucoup de photos : https://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_de_Sienne

 

Quelques extraits : 

« Ses écrits — et principalement Le Dialogue, son œuvre majeure qui comprend un ensemble de traités qu'elle aurait dictés lors d'extases — marquent la pensée théologique. 

Écrivain catholique des plus influents, elle est l'une des quatre femmes à être déclarées docteur de l'Église. Cette reconnaissance par l'Église, bien que tardive, consacre l'importance de ses écrits. »

****** 

«  Catherine est la vingt-troisième des vingt-cinq enfants d'un teinturier, Giacomo Benincasa, et de Monna Lapa. Elle et sa sœur jumelle Jeanne naissent à Sienne, en Italie (selon la date traditionnellement admise), le 25 mars, jour de la fête de l'Annonciation faite à Marie. 

Jeanne meurt peu de temps après. La famille Benincasa est une famille pieuse, assez proche de l'ordre des prêcheurs, les dominicains de Camporegio. Giacomo est teinturier de laine, et sans doute de la classe des Popolani (personnes éligibles au gouvernement de Sienne) »

******

 

Catherine se coupe les cheveux en présence du frère Tommaso della Fonte par Alessandro Franchi (1898). Chambre de la maison natale de Catherine de Sienne dans la maison-sanctuaire. Sienne. 

Par Alessandro Franchi (1893-1896) — http://cnytr.blogspot.com/2008/04/st-catherine-of-siena.html, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6932734

Catherine_of_Siena_hair.jpg
Catherine_of_Siena_hair.jpg ©
Catherine_of_Siena_hair.jpg

«Tommaso della Fonte découvrant la ferme volonté de Catherine de vouloir se consacrer à Dieu lui demande alors de couper ses cheveux afin de prouver la solidité de son projet de vie, ce qu'elle fait, puis elle rentre chez elle

Cette action agace profondément ses parents, qui ont toujours des projets de mariage pour elle. 

Outre les punitions et les brimades, elle est chassée de sa chambre, où elle passait de longs moments seule en prière, et se voit contrainte de remplacer la servante dans les tâches ménagères. 

Cette réaction de ses parents ne change pas la volonté de Catherine et ne diminue pas sa ferveur. Elle considère alors que si elle n'a plus de chambre ou de cellule pour prier, c'est qu'elle doit donc faire de son âme une « cellule intérieure », intuition qu'elle développe tout au long de sa vie

Catherine reste servante pendant plusieurs mois ; ayant du mal à servir ses parents, elle décide de les servir comme si ses parents étaient Dieu ou des saints. Mais c'est un songe qu'elle aura quelques mois plus tard qui change son attitude.

Lors de ce songe, elle voit Dominique de Guzmán lui tendre un lys et un habit des sœurs dominicaines de la pénitence lui assurant qu'elle fera partie de cette congrégation. Au réveil, Catherine révèle devant toute sa famille le vœu secret de chasteté qu'elle avait fait plusieurs années auparavant. Cette détermination et les phénomènes surnaturels dont elle bénéficiait amènent son père à changer d'avis et à l'autoriser à entrer au couvent »

******

« Une des visions qu'elle a est celle de Dieu, vu sous la forme d'un arbre dont les racines sont unies à la terre et le sommet au ciel. 

Au pied de l'arbre, elle voit des épines. Ces épines représentent les peines et les difficultés au début pour aller vers Dieu, comme le Christ crucifié. 

Une personne qui veut aller vers Dieu doit donc passer par ces peines, représentées par les épines, alors que beaucoup s'en échappent, préférant rechercher les plaisirs du monde. 

Cependant, l'arbre est immuable et ne se refuse à personne, ce que Catherine interprète comme le fait que Dieu ne se retire pas d'une créature qui a le désir de venir à lui »

******

« La fin du conflit avec Florence permet un temps de tranquillité pour Catherine de Sienne. Elle se retire et tombe souvent en extase, elle affirme converser avec Dieu. Elle dicte alors les paroles qu'elle reçoit dans ses transes

Ses dialogues, sous sa dictée, sont mis par écrit par cinq secrétaires et seront publiés sous différents noms : Le Dialogue, Traité de la Divine Providence, Livre de la Divine Doctrine, Livre de la Divine révélation. Ce livre se divise en quatre traités : le premier est la Discrétion, le deuxième est l'Oraison ou Traité des Larmes, le troisième est la Providence et le quatrième est sur l'Obéissance.

La nature de ces écrits, pour Catherine de Sienne qui n'avait pas eu de formation poussée, a été l'objet de débats du fait de l'importance théologique qu'elle a eue dans le christianisme avec la proclamation de Catherine comme docteur de l'Église »

******

« Pendant de nombreuses années, elle s'était habituée à une abstinence rigoureuse. Elle recevait la Sainte Eucharistie presque tous les jours. Ce jeûne extrême semblait malsain aux yeux du clergé et de sa propre fratrie. Son confesseur, Raymond, lui a ordonné de manger correctement, mais Catherine a affirmé qu'elle en était incapable, qualifiant son incapacité à manger d'infermita  (maladie). 

Dès le début de l'année 1380, Catherine ne peut ni manger ni boire de l'eau. Le 26 février, elle perdit l'usage de ses jambes.

Catherine meurt à Rome, le 19 ou 29 avril 1380, à l'âge de trente-trois ans, après avoir subi huit jours plus tôt une forte attaque qui l'a paralysée à partir de la taille

Ses derniers mots furent : " Père, entre tes mains, je remets mon âme et mon esprit ". 

Catherine de Sienne est morte de privations volontaires, certains voudraient ainsi la considérer comme la patronne des anorexiques.

Catherine est enterrée quelques jours plus tard en présence du pape, qui célèbre des obsèques solennelles dans la basilique de la Minerve "

High_altar_Santa_Maria_Sopra_Minerva.jpg
High_altar_Santa_Maria_Sopra_Minerva.jpg ©
High_altar_Santa_Maria_Sopra_Minerva.jpg

Par Jastrow — Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1709011

Châsse-reliquaire de Catherine de Sienne, attribué à Isaia da Pisa (fait entre 1447 et 1464), maître-autel de la basilique de la Minerve à Rome

 

Saints et Saintes honorés en avril, déjà sur notre site

24 avril - Saint Benedetto Menni Prêtre O.H. et fondateur de la congrégation : « Sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus »
Voir l'article
Sainte Kateri Tekakwitha, patronne des écologistes, des environnementalistes et des exilés
Voir l'article
SAINT LOUIS-MARIE GRIGNION de MONTFORT - Docteur de la médiation de Marie
Voir l'article
Fêtée le 27 avril, Sainte Zita de Lucques - XIIIe
Voir l'article
28 avril – Fête de saint Pierre Chanel, 1er martyr et patron de l’Océanie
Voir l'article
Mardi 30 Avril, Saint Joseph-Benoît Cottolengo, prêtre et fondateur de la « Petite maison de la Providence »
Voir l'article
Abonnement NL.jpg
Abonnement NL.jpg ©
Abonnement NL.jpg

Répondre à () :

| | Connexion | Inscription