0
Infos paroissiales
Reprise des messes publiques sur la paroisse
Reprise des messes publiques sur la paroisse

| Jean-Marc Lavigne 1172 mots

Reprise des messes publiques sur la paroisse

Lettre à ma communauté

au sujet de la reprise des messes

sur notre paroisse

 

EN INTRODUCTION

 

Tout d’abord, j’espère que vous allez bien dans cette période si troublée pour chacun de vous et vos familles.

 

Beaucoup de personnes, dont certaines sont connues par nous, traversent ce deuxième confinement avec douleur : soit ils sont eux-mêmes atteints par le virus, soit la profession qu’ils exercent, employeurs ou salariés ou saisonniers, ne leur permet pas d’assurer leur activité et l’inquiétude sur leur avenir est des plus angoissante pour eux-mêmes et pour leurs familles.

 

Chrétiens nous sommes bien dans ce monde ; nous ne sommes pas « hors sol » ; nous ne sommes pas les seuls à être privés de nos libertés. Ne pas le dire serait un pied de nez à nos contemporains alors qu’ils attendent de nous une sollicitude décuplée.

 

N’oublions non plus que notre amour de la messe, notre faim de la communion eucharistique, doivent susciter en nous, surtout en ce moment, un amour renouvelé du prochain, une faim de communion fraternel avec tous. La dernière encyclique du pape François « Fratelli tutti » est un appel au « dialogue et à l’amitié sociale. »

 

C’est à une « vie toute eucharistique » à laquelle nous sommes appelés par le Seigneur et non seulement à une vie rabougrie sur nous-mêmes, nos habitudes confortables et nos revendications (quoique légitimes).

 

C’est une question d’équilibre, de cohérence, d’amour du Seigneur ET d’amour du prochain.

 

 

VENONS-EN AU FAITS

 

Mardi, le Président de la République française a indiqué plusieurs mesures pour assouplir le confinement n° 2.

En ce qui nous concerne il a indiqué l’ouverture des lieux de culte dans la limite de 30 personnes réunies.

 

Jeudi, le Premier ministre a précisé plusieurs points notamment la question de nos assemblées en confirmant ce qu’avait annoncé le Président et en donnant les précisions suivantes :

« Cette ouverture des lieux de culte ne peut être que progressive. En effet des lieux de culte ont été en France comme ailleurs des lieux de contamination. Ces lieux accueilleront d’abord trente personnes dans le respect des règles sanitaires. Puis cette jauge évoluera progressivement en fonction de la situation sanitaire et de l’échéance du 15 décembre. Comme d’autres établissements recevant du public, il pourra s’agir d’une jauge en fonction de la capacité globale d’accueil du lieu. Les discussions se poursuivent avec les autorités religieuses. »

 

A la suite de quoi, la Conférence des Évêques de France a publié ce communiqué de presse :

« Jauge à 30 personnes ce dimanche : une mesure qui demeure irréaliste et inapplicable.

C’est avec regret que la Conférence des évêques de France (CEF) apprend que la jauge de 30 personnes par lieu de culte pour les célébrations est maintenue pour ce dimanche. Après l’appel du Président de la République à l’issue de son discours du mardi 24 novembre, elle attendait une rectification de cette mesure et la mise en place d’une « jauge réaliste » dès ce 28 novembre. Il n’en est rien !

Le Premier ministre explique sa fermeté par la situation épidémiologique ; néanmoins les protocoles présentés par les différentes religions auraient pu permettre des décisions plus facilement applicables et équitables.

La CEF s’interroge sur les véritables critères utilisés par le gouvernement pour fixer les conditions de ce confinement. Certes les cultes ne sont pas des commerces mais traiter ainsi les religions, c’est considérer comme accessoire la foi de millions de croyants. C’est une grave erreur pour notre société tout entière.

Le Premier ministre s’est engagé à ouvrir la discussion sans attendre pour permettre dès que possible une jauge proportionnée à la taille des édifices. La Conférence des évêques de France réclame une véritable concertation plus efficace pour aboutir à un accord. Dans ce contexte elle se réserve toujours la possibilité d’utiliser les moyens de droit appropriés.

La Conférence des évêques de France réaffirme l’engagement plein et entier des catholiques dans la lutte contre cette épidémie et leur volonté de servir au plus grand bien de notre société. »

 

CE QUI SERA MIS EN PLACE

 

Après en avoir parlé avec les curés du Doyenné Côte Basque Sud, et sans encore avoir pu prendre connaissance de la position de notre évêque (car nous devons boucler notre newsletter ce jeudi soir) voici ce que nous ferons sur notre paroisse. Ceci pourra être remis en cause si nécessaire en fonction des décisions diocésaines. Mais pour l’instant :

 

= Respect de la jauge des 30 fidèles lors des messes.

= Lavage des mains avec du gel hydroalcoolique en entrant dans l’église.

= Port du masque obligatoire pour tous bien posé sur le visage, nez compris.

= Places indiquées par un petit écriteau : « Seigneur, me voici devant toi ! »

= Communion à la main de préférence.

= Ceux qui communient à la bouche se présenteront en dernier.

 

Cela dit, avouons que cette limitation à 30 personnes nous perturbe tous.

Comment faire ?

Nous devons obéir et ne pas jouer avec ce qui est demandé (soit dit en passant, les autorités de l’Etat ont pris connaissance de plusieurs accrocs aux distanciations sociales et autres libertés prises dans plusieurs églises ; que chacun fasse son examen de conscience, et moi le premier).

 

Donc les messes de 30 personnes seront célébrées les samedis et dimanches :

= à Hendaye Sainte-Anne plage à 18 h 30 dès ce SAMEDI 28 novembre

= à Béhobie Saint-Jacques à 9 h 00 dès ce DIMANCHE 29 novembre (Biriatou le dimanche suivant ; et ainsi de suite en alternance)

= à Hendaye Saint-Vincent à 10 h 30 dès ce DIMANCHE 29 novembre

= à Hendaye Saint-Vincent à 18 h 00 dès ce DIMANCHE 29 novembre (messe supplémentaire les dimanches)

 

Mais aussi sur semaine, la messe est célébrée chaque jour. Pendant ce temps de restriction de la jauge à 30 personnes, nous pouvons ainsi pour un temps « renoncer » au dimanche pour vivre la messe un jour de la semaine c'est à dire les :

= LUNDIS à Saint-Vincent à 11 h 00 (puis chapelet)

= MARDIS à Sainte-Anne à 18 h 30

= MERCREDIS à Saint-Vincent à 18 h 30 (précédé du chapelet à 18 h 00)

= JEUDIS à Sainte-Anne à 18 h 30 (puis chapelet pour les malades)

= VENDREDIS à Saint-Vincent à 18 h 30 (précédé du chapelet à 18 h 00)

= SAMEDIS à Sainte-Anne à 8 h 30

 

DANS LA SUITE LOGIQUE DE CELA

 

L’heure d’Adoration du Saint-Sacrement sera assurée les mercredis à 19 h 30 (et non à 20 h 30).

 

La prière matinale des Laudes reprendra aussi les mercredis, jeudis et vendredi à 8 h 00 à l’église Saint-Vincent - chapelle du Saint-Sacrement.

 

================

 

Je sais pouvoir compter sur vous pour partager

ces informations à celles et ceux

qui ne reçoivent pas notre Newsletter

et peut-être pour les inviter à s’y abonner gratuitement

Merci.

 

===

 

Alors, bonne entrée dans le TEMPS DE L’AVENT

qui nous mènera à la fête de NOËL, Nativité du Seigneur.

 

 

Que le Seigneur vous bénisse

et garde forte et rayonnante votre foi !

Votre curé, Jean-Marc +

 

1-Place délimitée - Rameaux béni.JPG
1-Place délimitée - Rameaux béni.JPG ©
1-Place délimitée - Rameaux béni.JPG

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription